EU opinion & policy debates - across languages | BlogActiv.eu

En proposant la création d’une taxe sur les appareils numériques (smartphones, tablettes, lecteurs MP3, liseuses, ordinateurs,…) pour financer la création culturelle, la mission Lescure veut changer la donne numérique en France. Une audace saluée par certains… mais fortement contestée par d’autres. De quoi se demander si ces préconisations franco-françaises pourraient avoir un avenir européen.

Encore une taxe…

Première critique faite à l’ancien PDG du groupe Canal+ : sa solution miracle se révèle en réalité n’être que l’instauration d’une énième taxe. Un argument qui porte en ces temps de crise et après une première année de présidence socialiste marquée par nombre de hausses fiscales.

Et si la France est proche de l’overdose fiscale, il y a fort à parier que François Hollande ne prendra pas le risque d’accroître son impopularité pour la mise en place d’une taxe qui n’a rien à voir avec sa priorité de redressement des comptes publics.

Pourtant, si le mot fait peur, la taxe en question demeurerait à un taux extrêmement bas (aux alentours de 1% selon les recommandations du rapport Lescure) et ne devraient impacter qu’à la marge le prix d”achat des appareils susmentionnés.

Les producteurs contre la “gestion collective”

Mais la principale grogne vient des syndicats de producteurs de musique qui estiment que la “gestion collective” qui naîtrait de cette taxe serait la mort du secteur de la production musicale hexagonale. Le rapport recommande en effet que les sommes collectées via la “taxe smartphone” seraient allouées à un fonds d’aide à la création culturelle.

A partir de là, les producteurs (qui cherchent depuis des années une solution pérenne à l’écroulement de leurs ventes depuis l’émergence d’Internet) ne seraient plus maîtres de leur destin, mais dépendraient des arbitrages d’une autorité publique pour déterminer leurs revenus. Une mort de la rémunération par la copie privée qui est le socle de l’industrie musicale.

De quoi pousser les professionnels du secteur à voir rouge à l’image de Pascal Nègre qui évoque sur Twitter un “Kolkhoze model bizz 2.0” tandis que les syndicats du secteur affirment que les recommandations du rapport Lescure “hypothèquent l’avenir de la production musicale” en France.

Un moyen de faire payer les géants du Web

Au-delà des critiques, d’autres observateurs saluent de leur côté la démarche du groupe de travail français qui propose pour la première fois une stratégie pour faire contribuer les géants du Web aux efforts de financement de la création culturelle.

De Google à Apple en passant par Facebook ou Amazon, ces méga-sociétés de l’Internet bénéficient depuis de nombreuses années de la nouvelle donne numérique qui consiste à disposer de contenus culturels sans rémunérer à leur juste valeur les créateurs. La taxe Smartphone pourrait permettre de faire évoluer le rapport de force et de contraindre ces empires numériques à mieux valoriser les contenus dont ils ont besoin pour nourrir leur trafic et leur croissance.

Author :
Print
EurActiv Network