Sunday 1 February 2015

Currently browsing 'Social Europe & Jobs'

The EU has a future only as a competitive, knowledge-based society, the leaders of its then 15 member states found in 2000 in Lisbon. Will the strategy that they then decided hold for a Union with almost twice as many member states? Can the boom of information technologies make up for the evanescence of manufacturing? And are we doing enough to prepare our children for a potentially much more competitive future?

 

Threat to free movement: security and Schengen restrictions in Bulgaria and Romania

Posted by on 27/01/15

The recent terrorist attacks on the cartoonists of Charlie Hebdo and the hostage taking in the Jewish supermarket just outside of Paris have caused a major disturbance in European Union’s security policies. AEGEE-Europe acknowledges the grave and deep impact of these events, but would like to express its concern with recent developments around the heightened security threat and the stricter regulation of the Schengen Area. According to Romanian MEP Traian Ungureanu, Romania’s and Bulgaria’s chances to join the Schengen zone have diminished sharply now that Germany and France have become more cautious [1]. Some Schengen countries fear that accession of Bulgaria and Romania would ease the transition of Islamic extremists into Europe via Turkey and successively Bulgaria.

AEGEE-Europe considers this a thought that connects two developments with each other which are not related at all. Romania and Bulgaria joined the EU in 2007 and have been meeting the technical requirements of joining the Schengen area for years, which was confirmed by the European Parliament already in June 2011. At the same time, since the rise of the Islamic State in parts of Iraq and Syria, the countries have done their duty as European Union border countries, taking care of refugees as well as investigating them.

Bulgarian Prime Minister Boiko Borisov said “police have arrested and sent back to Turkey more than 3,000 immigrants. (…) There have been more than 12,000 asylum-seekers since the start of 2014. Some 5,500 asylum requests have been granted for humanitarian reasons”.

Refusing the Schengen accession of the eastern Balkan member states on grounds of security threats goes against the solidarity and humanitarian principles which have always been a cornerstone of the success of the European Union. Not only would such a measure be unfair to Romania and Bulgaria who have made distinguishable successes in their justice and home affairs policies, but also to asylum seekers fleeing from the crisis situation. Not granting Schengen rights to Romania and Bulgaria on these grounds misses the point of better security measurements, as protecting the security of European citizens should focus  on establishing adequate gate-keeper procedures for the border countries, not on excluding EU citizens from the passport-free area.

AEGEE-Europe believes in democratic values and a borderless Europe; a Europe in which it would be unfair to undo the good work of Bulgaria and Romania to join the Schengen area. Therefore we hope that these threats will not become a reality and fair democracy in Europe can be preserved.


[1] https://euobserver.com/beyond-brussels/127337

Written by Matthijs Overhaal (Policy assistant of AEGEE-Europe) and Paul Smits (President of AEGEE-Europe)

 

Entscheidung der Wähler für Syriza

Posted by on 26/01/15

Griechenland braucht dringend eine handlungsfähige Regierung. Das dürfte jetzt mit der eindeutigen Entscheidung der Wähler für Syriza erreicht sein. Schon heute wollen die Euro-Finanzminister über den weiteren Weg des Krisenlandes sprechen. Auch wenn noch keine konkreten Beschlüsse geplant sind, haben die Politiker doch Gewissheit, dass sie es in Zukunft mit der griechischen Linkspartei zu tun haben.

Deren Chef Alexis Tsipras hatte – wie es im Wahlkampf von allen Seiten üblich ist – den Mund ziemlich voll genommen, wie er künftig mit den Forderungen der anderen Europäer umzugehen gedenkt. Radikale, extreme Positionen gar lassen sich aber auf Dauer nicht halten. Griechenland wird auch in Zukunft den Schuldendienst nicht komplett einstellen können. So wie die Geberländer sich nicht hinstellen können und sagen: Wir geben denen nix mehr.

Klar, haben die Griechen seiner Zeit die Europäische Gemeinschaft gelinkt, als sie kreativ Buch führten. Klar, ist sparen unangenehmer als Geld, darunter viel fremdes, mit beiden Händen auszugeben. Aber es geht eben auch um Menschen.

Davos: How Europe can tackle extreme wealth inequality

Posted by on 25/01/15

By Àngela Corbalán, Oxfam’s Head of EU Communications and Deputy Head of EU Office

As world leaders arrive in Davos for the first day of the World Economic Forum, storm clouds are gathering overhead. Skyrocketing global inequality has shone a flashlight onto the murky workings of global finance, with Davos becoming center stage this week of how to address this imbalance of power.

Ahead of this year’s conference, a new Oxfam study has shown how wide the chasm now is between the ‘haves’ and ‘have nots’. Wealth: Having It All and Wanting More demonstrates that if current economic trends continue, next year the wealthiest 1 per cent on the planet will own more than everyone else combined. This staggering imbalance of wealth is holding back the fight against poverty at a time when 1 in 9 people do not have enough to eat, and more than a billion people live on less than $1.25 a day. Extreme inequality used to be seen as a problem solely for developing countries, where presidential jets flew over slums and shanty towns. Now it affects us all.

World leaders such as US President Barack Obama, French President François Hollande and IMF chief Christine Lagarde have already spoken about the dangers runaway inequality can cause. Other European leaders must also take up the call. The EU should act to stem the torrent of wealth flowing from the poorest people in the world to the richest – starting with these three concrete steps.

Firstly, the EU must take decisive action to fight tax dodging both within Europe and beyond. Tax evasion and avoidance by large companies and wealthy individuals cost Europe at least €120 billion in lost tax revenue every year, not to mention the billions siphoned away from developing economies in desperate need of revenue to fund public services like health and education.

Secondly, the EU must support ambitious plans to fund the upcoming UN-backed Sustainable Development Goals, including a re-commitment to providing 0.7% of their annual GDP as overseas aid to developing countries. A new UN tax body is also badly needed to re-write the current unfair international tax rules that deprive poor countries of millions in revenue, and should be agreed at the third International Conference on Financing for Development in Addis Ababa, Ethiopia in July.

Finally, a mandatory register for European lobbyists must be set up to shed light on corporate practices that keep the cogs of global inequality spinning. Twenty per cent of billionaires have interests in the financial and insurance sectors, which spent €550m whispering into the ears of policy-makers in both Brussels and Washington in 2013. The pharmaceutical and healthcare sectors – also favorites of the super-rich – spent €500m lobbying both the EU and the United States in the same year.

Oxfam is concerned that the lobbying power of these industries is road blocking the major reforms needed to the global tax system, and giving stringent intellectual property rights priority over the health of the world’s poorest people.

Increasing evidence from many sources, including the International Monetary Fund, shows that economic inequality isn’t just bad for those at the bottom but also damages economic growth. Putting the brakes on extreme wealth inequality must happen now for everyone’s benefit, before the storm clouds really do come rolling in.

Deutschlands Zuwanderung 2015

Posted by on 22/01/15

Deutschland ist beliebt bei Zuwanderern, und wer hinter die Zahlen des Migrationsberichtes schaut, erkennt sofort: wir brauchen diese Menschen. Wer bei Migration und Integration immer nur respektlos über Muslime redet – und das in einem Atemzug mit Terrorgefahr und “Untergang des Abendlandes” – kann hier nachlesen, dass er völlig falsch liegt…

Wer in den nächsten Jahrzehnten nicht will, dass seine Eltern im Pflegeheim dahinsiechen; wer will, dass unsere Industrie weiter weltweit an der Spitze mitspielt, der kann die Arme nur weit öffnen und sagen: Willkommen! Ein Trend wird nämlich auch deutlich: Die, die kommen, bleiben nicht immer für länger… Uns gehen damit die Fachkräfte verloren… Wir sollten alles dafür tun, dass sie bleiben wollen. Denn wenn Polen und all die anderen Nachbarländer wirtschaftlich aufgeholt haben, gehen noch mehr zurück in ihre Heimat…

Das alles beweist: Wir brauchen nicht wirklich ein neues Einwanderungsgesetz. Wir haben ein Aufenthaltsrecht, das alles sehr genau regelt, auch wenn es keinen Staatspreis für Übersichtlichkeit bekommt. Wir müssen dieses Gesetz nur erweitern, weil eben dieses Aufenthaltsrecht Zuwanderung bisher nur verwaltet anstatt sie zu gestalten. Es beschreibt einen Verwaltungsakt und hat von Willkommenskultur noch nie etwas gehört.

Es gibt viel zu tun in Sachen Zuwanderung, aber am allerwenigsten neue Regelungen… Die Gefahr ist zu groß, dass sich die Politik und auch jeder Einzelne von uns dann vor der eigentlichen Frage drückt: Sind wir bereit zur Integration? Oder verspielen wir gerade heute Abend in Leipzig wieder das, was uns im Migrationsbericht 2013 noch bescheinigt wurde: Deutschland ist attraktiv für Zuwanderer.

SYRIZA’s European New Deal

Posted by on 22/01/15
By Filip Kovacevic It is not only geography that is destiny as Napoleon claimed. The historical tradition of a given community has a role to play as well. And so, just like two and a half thousand years ago, Greece is once again in the position to revolutionize Europe.

Two Scenarios on Draghi’s Quantitative Easing and the Greek Case

Posted by on 21/01/15
By Dimitris Rapidis Mario Draghi announced his intention to implement the so-called “quantitative easing”, adopting a similar decision of the US Fed to calm down pressures over the bonds market. Two ways this could develop...

What ISIS Offers Young Western Europeans, Which Europe Doesn’t

Posted by on 19/01/15

On September 26, 2014, BBC News published a story titled, “Islamic State crisis: ‘3,000 European jihadists join fight.’” Many more reports appeared in Western media outlets at the time, asking why ISIS was so appealing to young Western Europeans. Did these young men and women leave for the Middle East because they had suddenly developed murderous intentions toward their own people? It doesn’t make sense.

Two stories that were published just recently about young people who admire ISIS may give us a clearer picture into the mindset of our younger generation. Just a few days after the horrific murders at Charlie Hebdo and the kosher deli, CNN’s Arwa Damon interviewed an ordinary looking French girl in “Skinny Jeans and flowing hair,” as Damon described her. The girl described her admiration for ISIS, and her desire to leave the amenities of Western life for the simplicity and honesty of a devout Muslim.

On the same day when Damon’s story was released, The New York Times published a story titled, “The Jihadist in Our Family,” about a quiet, Malaysian Muslim man who was devoted to his family, to his young students at the mosque, and to Allah. His faith had led him to believe that life was meaningless unless you used it to grow closer to God. And the way to grow closer, he believed, was to become a shahid, a martyr for Allah. He went to Syria and succeeded in his mission. In mid September of last year, he died in a Syrian Air Force strike in Hama, Syria.

These glimpses into the hearts of young ISIS recruits reveal the secret of its appeal. ISIS is offering a purpose in life: become a saint, and win God’s favor and eternal glory. In a world where people measure one another by the brands they wear, the gadgets they show off, and their credit in the bank, extreme religion offers what they perceive as a more meaningful purpose for existence. To many young Europeans, it is a far better offer than the latest model of iPhone.

After decades of consumerism, the emptiness in people’s hearts has grown so unbearable that they feel compelled to fill it at any cost. So they turn to the extremes. The extreme right is also gaining ground among them, but it cannot offer the antiquity, the sense of authenticity, and the promise of eternity that religion can. And so religion wins.

So what can we do to stop our kids from going that way?

First, we need to understand that the war against ISIS cannot be won on the virtual battleground. We cannot stop our kids from searching on the internet. Instead, we have to offer them what they are really looking for, a purpose, so they will not need to search for it on the internet.

If we want to find the answer to ISIS, we have to look within us, not without. Human spirit wins wars, not armed forces. The glam of Western culture has dimmed for our younger generation, so they are looking elsewhere.

Therefore, against the divisive message of extreme Islam, we must offer a message of unity and acceptance above all differences—religious, racial, cultural, and national. Such unity offers a sense of warmth, solidarity, and mutual responsibility. It is inherent in our nature to socialize, but we are taught to socialize and unite against others, to win or to subdue our rivals.

True unity doesn’t require an adversary. True unity embraces diversity, and channels it to our collective benefit. When we unite, we contribute our skills to the good of society, and in return, we benefit from the skills of all the people who have joined our unity. This way we gain so much that we stop feeling we have given anything. In fact, in such an atmosphere, giving becomes a joy even if you’re not naturally inclined to it.

And besides the gifts that we are showered by our connected society, we discover that unity contains a hidden bonanza: When you are truly connected, you feel your friends just like a mother often feels her child. Unity creates an “entity” all on its own, made of your joints efforts, and which can exist only as long as you all maintain your unity. This “entity” consists of your collective selves, as though a society of connected people creates an organism that consists of all its members. Much like cells in the body feel the entire body, whether it is cold or hot, or just right, connected people feel their unity as oneness, and gain depth of perception that is otherwise impossible to achieve.

It is this kind of society that we should offer to our children, one that fosters compassion, mutual support, warmth, and profound connectedness. If we succeed in our efforts, we will soon see a very different Europe.

——————————————————————————————————-

Michael Laitman was featured in Corriere Del Ticino this week.

 

Michael Laitman is a Professor of Ontology, a PhD in Philosophy and Kabbalah, and an MSc in Medical Bio-Cybernetics. He was the prime disciple of Kabbalist, Rav Baruch Ashlag (the RABASH). Prof. Laitman has written over 40 books, translated into dozens of languages; he is the founder and president of the ARI Institute, and a sought after speaker. His latest book, Like A Bundle of Reeds: why unity and mutual guarantee are today’s call of the hour, explains the root, cause and solution to anti-Semitism. He can be reached through: www.michaellaitman.com.

Twitter: @laitman

‘Yo soy Charlie’: La serenidad como mejor arma europea contra el terror yihadista

Posted by on 09/01/15

Que no hay peor ciego que el que no quiere ver o peor sordo que el que no quiere oír sería la primera enseñanza que los europeos deberíamos extraer de los terroríficos acontecimientos vividos en París. Sabíamos de los riesgos ciertos que el radicalismo islamista supone para nuestra civilización, éramos conscientes de la salida de miles de jóvenes europeos hacia zonas de combate para su entrenamiento con el solo objetivo de su regreso para actuar contra sus objetivos infieles en nuestros países. Hemos sufrido en las dos últimas décadas atentados en nuestras principales ciudades, Madrid, Londres, París… Vemos cómo su imparable violencia cada día avanza en el África subsahariana, en Oriente Medio y en el Golfo Pérsico, asesinando rehenes occidentales, masacrando a la población civil no integrista que se encuentra a su paso colgando cotidianamente en Internet los vídeos de su barbarie. Pero era más cómodo taparse los ojos y los oídos y seguir plácidamente instalados en la pax europea del no pasa nada, como si todo lo que sucedía fuera una realidad virtual de los informativos de televisión. Lo más seguro es que el terror vivido en París tampoco sea suficiente para sacarnos del sopor adormecido del que no acepta complicarse la vida. Y, sin embargo, la guerra santa está entre nosotros para quedarse, es ya parte trágica de nuestra fisonomía, no la hemos importado, la hemos generado en nuestras propias entrañas europeas de los barrios periféricos parisinos o londinenses.

Sería bueno que fuéramos conscientes de que esos jóvenes cargados de odio e ira que quieren acabar con la forma de vida que les hemos dado, son un producto del fracaso de integración de una inmigración que en la mayoría de los casos se retrotrae a sus padres o abuelos. Sería un ejercicio de sentido común reconocer que tenemos un enemigo interior, que evidentemente sirve a órdenes globalizadas exteriores de las redes terroristas yihadistas, pero que tiene su banderín de enganche en la frustración de una juventud a la que no hemos sabido darles valores superiores que contraponer a la irracionalidad de quiénes les piden que maten en nombre de Alá. El paradigma es muy simple: el Occidente surgido de la Ilustración, baqueteado por dos guerras mundiales e instalado en el acomodaticio Estado del Bienestar, está en quiebra porque no ofrece una realidad terrenal mejor que la prometida en otra vida que puede incluso merecer la terrible pena de inmolarse. A una interpretación integrista de una religión que reconoce la violencia como método de alcanzar sus objetivos, solo se le combate con otra religión que contrapone la paz como valor supremo o con una ética de la solidaridad entre los hombres. Da la casualidad de que los europeos, cada día, menos practicantes de la religiosidad y más adoratrices del becerro de oro, hemos abandonado ambas fórmulas de lucha contra el enemigo de la razón.

null

Además, desde la década de los 50 del pasado siglo y, en gran medida, gracias a nuestro poderoso invento de Unión Europea, hemos depuesto las armas entre nosotros y hemos instalado un pacifismo equívoco, que da por sentada la garantía de seguridad en la convivencia, como si ya no existieran enemigos interiores o exteriores. Esa ingenuidad de gobernantes y gobernados, nos pone ahora cuando el terror nos atenaza, en el disparadero de cómo actuar dentro de nuestras confortables fronteras contra el terror integrista. Ante el reto debemos vencer el principal riesgo que nos acecha: la reacción desmedida ante el desafío lanzado por los violentos. El miedo puede llevarnos a socavar nuestra libertad, la esencia misma de nuestro ser europeo y retroceder hacia fórmulas totalitarias o populistas que es exactamente lo que pretenden en su partida de ajedrez a largo plazo los ideólogos yihadistas. Seguridad y libertad son dos caras de la misma moneda indisociables. No puede haber una sin la otra y menos en un espacio común como el que hemos construido con no pocos esfuerzos desde hace casi 60 años. Por tanto, ante el terror la actitud que asuman gobiernos y ciudadanos europeos va a resultar clave para afrontar la nueva situación a la que nos enfrentamos. No podemos caer en la tentación de la respuesta pendular de quien no ha querido ver el problema durante años y ahora pretende resolverlo a base de penas de muerte y convirtiendo Europa en un escenario tan inseguro como injusto. Por ello se impone la serenidad como método de toma de decisiones. Solo la fortaleza que puede darnos el convencimiento de hacer el bien y de no perder nuestros principios pese a ser duramente atacados, nos permitirá ganar esta batalla de formas de entender la vida y la muerte.

La serenidad es aquella actitud del espíritu humano de responder ante cualquier evento o situación sin dejarse arrebatar por sentimientos o emociones desestabilizadores. Una persona serena es una persona pacífica, y en paz con su entorno y para con los demás. Así debemos comportarnos como colectivo racional frente a quienes pretenden que les hagamos frente con sus mismas armas de violencia desatada. Y desde la serenidad debemos entender que la unidad de los europeos que creemos en la paz y la libertad como principal valor en la vida presente, cobra más que nunca un protagonismo histórico. Si nuestros padres fundadores, los Konrad Adenauer, Jean Monnet, Winston Churchill, Robert Schuman, Alice de Gaspieri, Paul-Henri Spaak, Walter Hallstein y Altiero Spinelli fueron capaces de hacernos un relato de la necesidad de la paz como respuesta a cientos de años de enfrentamientos entre nosotros mismos, ahora nuestros líderes tienen la obligación de orientar el discurso de la paz frente a la violencia, de la libertad frente a la imposición. Una vez más, la vieja Europa se convierte en el centro de las miradas del mundo, una vez más, nos encontramos ante la responsabilidad de dar respuestas civilizadas a un planeta interconectado donde la información fluye a toda velocidad y hasta cualquier rincón del orbe. Los enemigos de nuestra forma de vida han escogido Europa como escenario de su asalto, como ya han hecho de forma histórica, pero la forma de guerra ha mutado y ahora no se trata de organizar santas cruzadas contra guerras santas, sino de garantizar la seguridad y la libertad de los ciudadanos que viven en Europa sean del color que sean, piensen o se expresen como lo deseen y profesen la religión que profesen. Ellos, los que siempre en nuestra historia han creído que somos parte de una civilización decadente, incapaces de sacrificarnos y de hacerles frente desde la serenidad y con la paz como bandera, creen que no vamos a ser capaces de soportar su presión día a día, sin perder la unidad y sin caer en formas de totalitarismos. En nuestra mano está escribir una de los mejores capítulos de nuestra historia, uniéndonos ante un enemigo común que desprecia la vida y cualquier forma libre de expresión que no sea la suya.

De cualquier riesgo surge una oportunidad si se sabe afrontar la situación. Por dolorosas que sean las jornadas que nos toquen vivir, los europeos sabemos que somos mejores cuando nos ponen al borde del precipicio de la intransigencia, que en la defensa de nuestros valores nos hacemos fuertes y surge la inteligencia que tantas aportaciones a la humanidad ha dado. Francia no puede sentirse sola en esta batalla ni un solo día, los ciudadanos franceses no pueden pasar este duro trance que puede trasladarse en cualquier momento a una de nuestras ciudades, sin sentir el apoyo incondicional de todos. La coordinación de medios antiterroristas y de información debe ser absoluta entre los Gobiernos de la UE y las propias instituciones europeas deben demostrarnos más que nunca que nos son meros administradores de nuestro comercio, sino que velan por las libertades de los 400 millones de europeos que hoy componen la Unión. Una libertad que se defiende dentro, pero también requiere de acciones conjuntas en el exterior, donde los terroristas hoy avanzan impunemente mientras nosotros miramos para otro lado. Toca rearmarse moralmente y demostrarnos a nosotros mismos y al mundo entero, que por salvaguardar la paz y la libertad estamos dispuestos a hacer todos los sacrificios necesarios. Es la gran hora de Europa como conjunto de valores, no lo desperdiciemos porque puede que nuestra bella forma de vida esté en juego.

A la memoria de todos los periodistas que han dado su vida por darnos la libertad de saber lo irracional que puede llegar a ser la violencia

null

There is no #Grexit, just another economic strategy

Posted by on 08/01/15

The major topic / concern of EU, international and domestic media towards parliamentary elections in Greece is -again- whether the country will stay in or leave Eurozone. Actually it is an artificial dilemma as front opposition SYRIZA, leading the polls, never claimed against the fate of the country in the monetary Union. Therefore, it is time to drop “Grexit” from the discussion table.

The most important thing we need to point out is that the political environment in Greece is extremely fragmented these last days and it is expected to be even more in the coming days. Nonetheless, I believe it is time to point out some fundamental policy concerns that the next government in Greece should inevitably take into account.

A. Economic Recession Must Finally Get Addressed

Unemployment, poverty, growth, and investment rates remain extremely low in, in comparison with tax rate and spending cuts that remain high. The effect of tourism in real economy is also low, even if it shares a considerable part of national GDP. Priority sectors such as energy, health, education, and social security are still faced with structural constraints and bureaucratic burdens, a fact that weakens the prospects for a business friendly environment.

The next government should re-negotiate the terms and conditions of the bailout programme in the EU Summit scheduled for February and emphasize on growth clauses and public investment to unlock productive forces and improve debt management.

B. Media Should Focus More On Quality Information

Ten days now European and International Media irresponsibly re-produce the term “Grexit”, completely ignoring what is at stake in Greece. Instead, analysts and political commentators should invest on presenting the programs of the political parties, the different strategies, the profile and ideas of candidates and political leaders of the parties. At this stage, and all the way towards the election, what the European public should learn is that the Greek economy is faced with a deadlock while mounting grievances are spread in the society. Media correspondents should also seek for alternative sources of information in the country, bloggers and independent analysts, as a great part of domestic media is split between or siding the political camps.

C. Hear What The Greek Youth Has To Say

While discussing about the devastating effect of austerity over unemployment, there are no channels of expression for the majority of Greek youth. Media and political parties systematically ignore what the youth demands, dreams of and envisions. In this respect, all apolitical parties have pledged to revitalize their candidates’ lists with young people, but none of them did so. Therefore, for one more time, this group will be underrepresented in the Parliament.

D. Why Business And Investments Do Not Come In Greece?

The answer is simple. It has nothing to do with “political instability”, but primarily with a broad perception that Greece since 2012 is at a constant state of defaulting, which is that there is always the fear (and risk) that investing in Greece will be a waste of money. Capitals flee from the country, whereas labor-intensive investments are “on hold” waiting for a full normalization of the Greek economy. Such “normalization” will not come as long as the European leadership cannot properly understand that the national economy -and, to bring it further, the European economy- need to re-evaluate and re-set the goals of the Stability Pact.

E. SYRIZA Does Not Pose A Threat To Lenders And Political Stability

Neither SYRIZA nor any other party – other than extreme right parties – pose any threat to the lenders of the country or to political stability in Greece or Eurozone. The party has the strong ambition that it can re-negotiate the terms of the consolidation programme towards a better accommodation for all parts involved, especially for the Greek society and economy. In this respect, the great risk is to misconceive or mix the determination and the alternative economic policy that SYRIZA is planning to implement with a default on the consolidation programme. More possible would be an extreme upheaval in the Greek society and the rise of fascists should the current economic mindset in Europe remain, than a complete collapse of the Greek economy.

Les manifestations anti–islam en Allemagne (PEGIDA) inquiètent

Posted by on 08/01/15

Eulogos s’est déjà exprimé, il y a peu de temps sur le sujet, et depuis, les faits ont confirmé son analyse. Les manifestations anti-islam continuent de prendre de l’ampleur à Dresde, dans l’est de l’Allemagne, et les autorités s’inquiétaient pour l’image du pays malgré une mobilisation anti-raciste majoritaire à l’échelle nationale. Dans un pays encore marqué par son passé nazi et qui cherche à attirer des immigrés pour compenser son déclin démographique, la multiplication de manifestations xénophobes ces dernières semaines a provoqué une levée de bouclier sans précédent: politiques, médias, milieux d’affaires et de nombreux citoyens sur les réseaux sociaux ou dans la rue, mobilisés contre l’islamophobie.

 Mardi 6 janvier le quotidien Bild, publiait une pétition de 50 personnalités disant « Non à Pegida », parmi lesquelles deux anciens chanceliers sociaux-démocrates, Gerhard Schröder et Helmut Schmidt.

 Oliver Bierhoff, le manageur de l’équipe d’Allemagne championne du monde de foot, louait, dans les colonnes du journal le plus lu d’Europe, les vertus de l’intégration, aux côtés d’artistes ou d’ecclésiastiques. parmi les signataires: sept ministres de l’actuel gouvernement. Le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, livrait ce commentaire: « les paroles ne remplacent pas les faits, l’Allemagne a besoin des immigrés ».

 La onzième marche organisée lundi soir janvier dans la capitale de la Saxe par un groupe baptisé « Européens patriotes contre l’islamisation de l?Occident » (Pegida) a réuni 18.000 participants, selon la police. Un record depuis que ce mouvement a débuté en octobre. Mais il n’a pas mobilisé ailleurs et les « anti-Pegida » étaient bien plus nombreux à travers le pays.

Ils étaient ainsi « plusieurs milliers » d’anti-Pegida à Cologne (ouest) où la cathédrale avait été éteinte en signe de protestation contre un mouvement qualifié de xénophobe. A Berlin, l’éclairage de la porte de Brandebourg avait également été éteint et 5.000 contre-manifestants s’étaient mobilisés.

 Dans son allocution du Nouvel An, la chancelière Angela Merkel avait critiqué les meneurs du mouvement anti-islam, épinglant des personnes au « coeur » rempli de « préjugés » et de « haine ». Elle a appelé ses compatriotes à ne pas participer aux manifestations. « L’immigration est un bien pour nous tous,a-t-elle poursuivit » Jugeant « naturel d’accueillir ceux qui y cherchent refuge ».

 « Pegida ne nuit pas seulement à notre pays, mais donne aussi une mauvaise image de l’Allemagne à l’étranger », a déclaré le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier, dans des tweets relayés par son ministère, y compris en langue anglaise.

Le patronat s’est inquiété également. « L’impression qu’on manifeste chez nous contre les étrangers nuit à l’Allemagne », a affirmé Ingo Kramer, président de la Fédération des employeurs.

Dans le cortège de Dresde lundi soir, pas ou peu de crânes rasés mais de simples citoyens, souvent âgés, portant drapeaux et parfois crucifix aux couleurs de l’Allemagne. Ces manifestants disent se sentir menacés par l’immigration, dans ce Land d’ex-Allemagne de l’Est qui ne compte pourtant que 2,2% d’habitants d’origine étrangère, l’un des pourcentages les plus faibles du pays.

 Même minoritaire, ce mouvement met mal à l’aise une Allemagne marquée par l’idéologie raciste de la dictature nazie, par sa responsabilité dans l’extermination des juifs, et qui cherche à présenter une image d’ouverture sur le monde. « Justement en Allemagne, nous devons avoir l’oreille sensible quand une minorité religieuse devient le bouc émissaire de problèmes » de société, souligne Werner Schiffhauer, universitaire et président du Conseil des migrations, qui regroupe des chercheurs sur ce thème. Là où par le passé on affirmait lutter « contre la judéisation de la société allemande », on parle « aujourd’hui d' »une islamisation de l’Occident » fantasmée par une propagande qui se ferme à toute raison », fait-il remarquer. « Nous avons besoin d’une nouvelle représentation de l’Allemagne », a estimé Naika Foroutan, sociologue de l’Université Humbolt à Berlin. « Trop longtemps le message qui nous a façonnés était que l’Allemagne n’était pas un pays d’immigration alors que l’Allemagne l’était de fait », a-t-elle affirmé à la télévision.

 En 1983, la feuille de route du gouvernement formé par les conservateurs d’Helmut Kohl et les libéraux du FDP affirmait: « L’Allemagne n’est pas un pays d’immigration ». Aujourd’hui, un habitant sur cinq en Allemagne a une origine étrangère, selon l’Office des statistiques et le pays est devenu en 2012, la principale destination d’immigration en Europe, accueillant cette année-là 400.000 nouveaux arrivants, selon l’OCDE. C’est aussi la première destination des demandeurs d’asile en Europe. Depuis début 2014, l’Allemagne a accueilli 180.000 réfugiés (+57% par rapport à la même période en 2013).

 Qui est le groupe Pegida ?

 Le groupe Pegida est né en octobre sur Facebook, à l’initiative de Lutz Bachmann, un ancien cuisinier de 41 ans reconverti dans la communication. Fervent partisan de la « tolérance zéro » pour les immigrés qui commettent des délits, il a été condamné à plusieurs reprises lui-même pour divers délits et se trouve actuellement en liberté conditionnelle, expliquait notre correspondant à Berlin en décembre. Il a lancé le principe d’une manifestation tous les lundis, dont l’affluence grandit semaine après semaine.

 Le credo de Pegida ? L’opposition au « fanatisme religieux et à toute forme de radicalisme », et plus précisément le refus de « l’islamisation » de la société allemande. Cela passe par la fin de « l’abus de l’asile » dans un pays qui est devenu la première destination européenne des migrants (voir ci-dessous). Une banderole déployée lundi à Cologne réclamait ainsi « des pommes de terre plutôt que des kebabs », allusion à la forte immigration turque en Allemagne. Au-delà de l’immigration, le mouvement dénonce les médias (« tous des menteurs »), les élites politiques ou encore le multiculturalisme, qui diluerait la culture chrétienne allemande.

Ils n’étaient qu’une poignée il y a deux mois, à la création du mouvement Pegida, un acronyme pour ‘Européens patriotes contre l’islamisation du pays’. Depuis, chaque lundi, à Dresde, ils sont de plus en plus nombreux à se rassembler. 17500 la veille de Noël, avec comme slogan : ‘non à l’islamisation’, ‘nous sommes le peuple’. Soutenu par divers mouvements d’extrême-droite ou néo-nazis, et appuyé par le parti anti-euro et populiste Alternative pour l’Allemagne, Pegida été fondé par Lutz Bachmann : ‘L’Allemagne n’est pas une terre d’immigration répète-t-il. L’intégration ne signifie pas vivre côte à côte, mais vivre ensemble en se fondant sur notre constitution et notre culture allemandes, sur nos racines judéo-chrétiennes, basées sur le christianisme, l’humanisme et les lumières’. Lutz Bachman justifie son mouvement par l’agacement qu’il a ressenti en voyant en octobre dernier des Kurdes défiler en Allemagne contre la guerre en Syrie, ou affronter des salafistes dans les rues de Hambourg. Il décide alors de réagir et lance un appel à manifester sur les réseaux sociaux. Chants religieux, références aux racines judéo-chrétiennes, appel à l’humanisme. Et derrière, un racisme bien ordinaire et qui fait de plus en plus d’adeptes. Les demandeurs d’asile sont de plus en plus montrés du doigt, mais rares sont ceux qui font remarquer que si l’Allemagne avait la même proportion de réfugiés syriens que le Liban , l’Allemagne devrait faire face à près de 21 millions de réfigiés syriens et 86 % des réfugiés dans le monde le sont dans des pays en voie de développement. Il reste vrai que en plus d’être la destination privilégiée des immigrants en Europe, l’Allemagne est aussi la première destination des demandeurs d’asile. 200.000 réfugiés accueillis en 2014, fuyant les conflits en Syrie, Irak, ou ailleurs. Pegida a le soutien de 30 % des Allemands. Mais les anti-racistes sont également mobilisés et chaque jour davantage. Chaque lundi, partout dans le pays, ceux-ci organisent des contre-manifestations et témoignent leur soutien aux étrangers sur leur sol.

 Que représente l’immigration en Allemagne ?

15 millions Depuis les années 1950, l’Allemagne a fait appel à de la main-d’œuvre immigrée de manière régulière : les « gastarbeiter » (littéralement « travailleurs invités ») ont contribué au redressement économique du pays durant des décennies. En 2010, selon les statistiques officielles, on comptait 19,3 % de personnes issues de l’immigration dans le pays : 8,6 millions étaient de nationalité allemande et 7,15 millions de nationalité étrangère. Parmi ces immigrés, 10,6 millions étaient nés à l’étranger et 5,15 millions en Allemagne. A titre de comparaison, en France, 8,4 % de la population est immigrée.

 L’Europe de l’Est et la Turquie ont longtemps fourni l’essentiel du contingent d’immigrés allemands : on compte 2,5 millions de personnes d’origine turque en Allemagne et plus de deux millions d’immigrés d’origine russe ou polonaise. Il y a une explication historique à ce phénomène : longtemps, des populations d’origine allemande rapatriées des pays de l’ancienne Union soviétique ont constitué des cohortes importantes. Autre contingent nombreux, celui des immigrés venus des pays de l’ex-Yougoslavie.

 Cette immigration a été très importante jusque dans les années 1980, avant de diminuer au cours des années 1990. Mais elle a aussi connu un mouvement de sédentarisation : les travailleurs venus dans le cadre de migrations temporaires sont restés en Allemagne.

 Autre élément à rappeler : l’Allemagne était régie, jusqu’en 2000, par la politique du droit du sang. Il fallait avoir un parent allemand pour acquérir cette nationalité. Depuis la réforme, un enfant dont les parents étrangers résident depuis au moins huit ans en Allemagne peut être allemand. Ainsi, 8 millions de personnes ont obtenu la nationalité allemande.

 Combien coûte un migrant ?

C’est un débat qui fait rage en Allemagne comme ailleurs et les économistes se disputent sur le sujet. L’Institut ZEW pour le compte de la fondation Bertelsman s’est livré à un calcul cherchant à démontrer les bienfaits de l’immigration. Selon l’étude chaque immigrant apporterait aux budgets sociaux et au fisc 3300europs par an et par personne de plus que ce coûterait un étranger à l’Etat. Mais ce chiffre est contesté par l’Institut IFO de Munich qui estime que chaque nouveau venu coûterait 1800 euros par personne et par an. La différence s’expliquerait par la prise en compte des frai généraux (Défense, entretien des autoroutes etc). IFO fait remarquer que les migrants préfèrent les Etats-Unis et selon l’OCDE seuls 25 % des migrants rejoignant l’Allemagne sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur. Mais remarquons que depuis 2013 l’Allemagne est le deuxième pays d’accueil derrière les Etats-Unis, passant devant le Canada et l’Australie. Face à un tel bouleversement, récent, on comprend que les autorités sont souvent débordés et ont de grosses difficultés pour faire face. C’est cette impuissance des pouvoirs publics qui explique en partie le succès de Pegida, parti de rien et échappant à tout contrôle des partis politiques traditionnels. Selon un sondage seulement, 13% des allemands seraient prêts à participer à une marche contre l’islamisation si une telle manifestation était organisée dans leur ville. 29% des personne interrogées estiment ces marches justifiées.

 Pourquoi cette flambée anti-immigrants ?

Plusieurs phénomènes peuvent expliquer cette flambée du discours anti-immigration. D’une part, la démographie allemande est en chute libre et les autorités n’ont pas freiné les arrivées dans le pays. Selon Destatis, l’office fédéral de la statistique, le pays a connu 673 000 naissances en 2012 pour 869 000 décès, soit un solde négatif de 196 000 personnes. Depuis des décennies, c’est uniquement grâce à l’immigration que l’Allemagne maintient un solde démographique positif. Mais surtout, depuis le début de la décennie 2010, l’Allemagne redevient un pays d’immigration massive. C’est notamment la première destination en matière de demandes d’asile en Europe, avec une véritable envolée des demandes ces dernières années et ces derniers mois, comme chacun le sait (Allemagne et Suède c’est la moitié des réfugiés.) alors que la France connaît une relative stabilité. De plus, avec l’immigration, l’Allemagne a connu une hausse du nombre de ses citoyens musulmans, qui sont aujourd’hui 5 millions environ, sur une population de 80 millions, selon les statistiques officielles. C’est notamment sur la question de la religion que des mouvements tels Pegida mobilisent.

 Mais la majorité a bien compris, à commencer par Ulrich Grillo, président de la puissante fédération de l’industrie BDI qui représente 100 000 PME faisant travailler 8 millions de personnes, et tout le monde en est bien conscient que l’Allemagne ne pourra assurer le financement de son système social sans un recours massif à l’immigration.

 « L’Allemagne ne pourra échapper plus longtemps à un vaste débat sur l’immigration, résume le politologue de Dresde, Werner Patzelt. Jusqu’à présent la classe politique traditionnelle a négligé -surtout à l’est du pays- le débat autour de l’intégration et de l’immigration pour un pays dépourvu de toute tradition en la matière. On a toujours dit aux allemands que les étrangers allaient repartir un jour. Bien sûr c’était totalement naïf ».

Pour en savoir plus :

Germany Pergina Protest http://www.bbc.com/news/world-europe-30685842

 


Classé dans:conditions d'accueil des réfugié_s, DIGNITE HUMAINE, DROITS FONDAMENTAUX, IMMIGRATION, Lutte contre l'immigration illégale, Politique d'intégration

Guterres: «Il faut des voies de migration légales»

Posted by on 06/01/15
EU-Logos António Guterres, patron du Haut-Commissariat pour les réfugiés, demande à l’Europe de se mobiliser davantage pour sauver les migrants naufragés en Méditerranée. Et de donner aux réfugiés la possibilité d’immigrer légalement.

Effizienz in Brüssel

Posted by on 29/12/14

Das nennt man wohl Pech. Da hatten die belgischen Bauernverbände heute ein paar Tausend Mitglieder in Brüssel zusammengetrommelt, um den Staats- und Regierungschefs wegen ihrer Agrarpolitik mal so richtig die Meinung zu geigen mit Traktor-Kolonnen und brennenden Strohballen. Dumm nur, dass die Adressaten des Protests schon längst wieder zu Hause waren. Der EU-Gipfel war spontan um einen Tag verkürzt worden, weil die Agenda zügig abgearbeitet war.

Die administrative Effizienz im Brüsseler Ratsgebäude ließ die Demonstration also ins Leere laufen. Was den Unmut der Demonstranten natürlich nicht besänftigen konnte. So ungefähr lief es ja das ganze Jahr 2014 über zwischen der Europäischen Union und ihren Bürgern. Eine miserable Wahlbeteiligung bei den Europawahlen im vergangenen Frühjahr, eine Million Unterschriften gegen das geplante Freihandelsabkommen mit den USA, massive Unzufriedenheit mit der Politik der Haushaltskonsolidierung in vielen Ländern – die Liste der Anzeichen dafür, dass die Menschen mit der Europäischen Union, ihren Institutionen und Positionen alles andere als einverstanden sind, ist lang.

Und dennoch – gerade das hat das Jahr 2014 erwiesen – ist die Lage besser als die Stimmung. Wichtige Projekte zur Stabilisierung der Währungsunion sind umgesetzt worden. Die Bankenunion beispielsweise. Und auch in der Außenpolitik hat sich die EU als handlungsfähig erwiesen. Schulter an Schulter stehen die Mitgliedstaaten in ihren Bemühungen, der russischen Aggression gegen die Ukraine zu begegnen. Wer hätte das für möglich gehalten, nachdem vor reichlich zehn Jahren noch die Meinungsunterschiede über den Irakkrieg die EU an den Rand des Kollapses gebracht hatten.

Und nun hat der neue Kommissionspräsident Jean-Claude Juncker mit seinem Investitionspaket auch noch die Grundlage dafür geschaffen, dass im Streit über den richtigen Weg aus der Schulden- und Wirtschaftskrise abgerüstet werden kann. Mehr als 300 Milliarden sollen mobilisiert werden, um die Infrastruktur zu modernisieren, Unternehmen mit Krediten zu versorgen und Arbeitsplätze zu schaffen. Nichts brauchen die überschuldeten Länder der EU mehr als dies. In Rom wird der Investitionsfonds schon als Ende der Austeritätspolitik à la Merkel gefeiert, die Kanzlerin selbst kann darauf verweisen, dass auch künftig Strukturreformen und Haushaltskonsolidierung zum Instrumentenkasten der EU gehören.

Auch wenn die Interpretationen des gerade Beschlossenen also noch nicht deckungsgleich sind: Die erhofften Resultate der Investitionsoffensive haben das Zeug, die Kluft zwischen der EU und ihren Bürgern schmaler werden zu lassen. Die Geschwindigkeit, mit der Kommissionschef Juncker sein Projekt vorangetrieben hat, ist beeindruckend. Die Luxemburger Steueraffäre, die in Wahrheit eine gesamteuropäische Steueraffäre ist, hat seinen Start ins neue Amt überschattet.

Trotzdem hat er innerhalb weniger Wochen bewiesen, dass er die Kommission machtbewusst führen will. Auf Augenhöhe mit den Staats- und Regierungschefs, nicht an deren Gängelband, was seinem Vorgänger so oft vorgeworfen worden war. Der Straßburger Ballhausschwur, mit dem das Europaparlament seinen Machtanspruch bei der Auswahl des Kommissionschefs gegenüber den nationalen Regierungen durchgesetzt hat, zeigt also Wirkung. Auch deshalb ist in der EU am Ende des Jahres 2014 die Lage besser als die Stimmung.

Journée internationale des migrants

Posted by on 18/12/14

Alors que le nombre de morts sur la route de l’exil a atteint des records en 2014, manifestants et organisations ont déploré jeudi, à l’occasion de Journée internationale des migrants, la crispation des opinions publiques et des politiques autour de ces « boucs émissaires ».

Près de 5.000 migrants (4.868 au total) ont péri cette année sur la route de l’exil, que ce soit « en mer, dans les déserts éloignés ou dans des montages difficiles d’accès », a indiqué l’organisation internationale pour les migrations (OIM). »Ce bilan, deux fois plus lourd que l’année dernière, fait de 2014 l’année la plus meurtrière qu’on connaisse », selon l’organisation.

L’agence des Nations unies en charge des réfugiés (HCR) avait déjà indiqué début décembre que 3.419 migrants avaient péri en Méditerranée en 2014, un record. L’Europe doit en effet gérer un afflux sans précédent de migrants en provenance d’Afrique, émaillé régulièrement de sauvetages en mer et naufrages dramatiques.

Conséquence directe de la multiplication des conflits dans le monde (Syrie, Irak ou Libye), de l’épidémie Ebola ou du changement climatique, le monde compte aujourd’hui 33,3 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et 16,7 millions de réfugiés. « Il n’y a jamais eu autant de personnes déplacées par des violences et des conflits depuis la Deuxième Guerre mondiale », estimé l’OIM.

Face à cette hausse de la « migration par désespoir », les organisations appellent à améliorer l’accueil des migrants et déplorent le raidissement des opinions publiques sur les thématiques d’immigration.

Le monde compte 232 millions de migrants et « trop (…) vivent et travaillent dans des conditions précaires et injustes. Beaucoup risquent leurs vies en mer en tenant à trouver refuge. Beaucoup sont privés de liberté au lieu d’être accueillis avec l’empathie et la protection dont ils ont besoin », a dénoncé le secrétaire général de l’ONU Ban ki-moon.

Les décideurs politiques doivent « prendre des initiatives afin que les droits fondamentaux des migrants soient protégés », au lieu d’en faire des « boucs émissaires », a pour sa part estimé le responsable pour Amnesty International du programme Droits des réfugiés et des migrants, Sherif Elsayed-Ali.

Notant la « nette poussée cette année du sentiment anti-immigrant dans les pays européens », le responsable a accusé l’Europe de répondre surtout par un renforcement de la sécurité aux frontières, qui pousse selon lui les migrants à emprunter « des trajets de plus en plus dangereux ».

Le 18 décembre a été choisi par les Nations unies depuis 2000 pour la Journée internationale des migrants afin de « réaffirmer les droits des migrants, de dissiper les préjugés et de sensibiliser l’opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social ».

Pour en savoir plus

     -. Amnesty international dénonce une situation qui s’aggrave http://www.amnestyinternational.be/doc/s-informer/actualites-2/article/journee-internationale-des-23667

     -.L’Italie publie de nouvelles données sur l’arrivée de migrants http://www.iom.int/cms/fr/sites/iom/home/news-and-views/press-briefing-notes/pbn-2014b/pbn-listing/italy-releases-new-data-on-migra.html

     -. Le directeur général de l’OIM appelle à agir pour sauver des vies humaines http://www.iom.int/cms/fr/sites/iom/home.html

     -. Journée internationale : Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies, appelle au respect des migrants http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33930

     -. Avec 350 000 boat people le HCR appelle à sauver des vies humaines http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33881

 


Classé dans:conditions d'accueil des réfugié_s, DIGNITE HUMAINE, Droit à l'intégrité de la personne, DROITS FONDAMENTAUX, IMMIGRATION, Protection des minorités

Le Hamas « reconnu » …par le tribunal de la Cour de Justice européenne ?

Posted by on 18/12/14

Le Tribunal de l’Union européenne, la deuxième juridiction des Vingt-Huit, a annulé mercredi pour des raisons de procédure les décisions du Conseil européen maintenant le Hamas sur la liste européenne des organisations terroristes. Le problème politique de fonds reste inchangé. La Cour de Justice de l’Union européenne reste fidèle à sa jurisprudence qui l’a amenée à annuler plusieurs décisions en matière de lutte contre le terrorisme pour non respect des procédures, ce qui a pu l’amener à se confronter dans certains cas au Conseil ; Dans ce cas précis, le Tribunal n’a pas retenu l’argument mis en avant par le Hamas selon lequel il est un gouvernement souverainement élu qui, conformément au principe de non-ingérence, ne peut pas être inscrit sur les listes d’organisations terroristes. Les Etats-Unis et Israël en ont profité pour rappeler leur position traditionnelle de non reconnaissance.

La justice européenne a néanmoins maintenu temporairement les mesures à l’encontre du mouvement palestinien, dont le gel des fonds, pour une période de trois mois ou le temps que les possibilités d’appel soient épuisées.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a aussitôt appelé l’UE à maintenir les sanctions contre le Hamas estimant que le jugement du tribunal constitue « une hypocrisie stupéfiante » à l’égard de l’Etat israélien.

« Il semble que beaucoup trop de personnes en Europe, sol sur lequel six millions de juifs ont été massacrés, n’ont rien appris (du passé). Nous, en Israël, nous avons tiré les leçons », a dit Netanyahu.

« Nous attendons d’eux (les Vingt-Huit) qu’ils remettent immédiatement le Hamas sur la liste », a-t-il dit dans un communiqué qui présente le groupe palestinien comme une « organisation terroriste meurtrière ».Le Hamas, pour sa part, a salué « la correction d’une erreur historique de l’Union européenne ». « Le Hamas est un mouvement de résistance et toutes les lois et règles internationales lui donnent le droit de résister à l’occupation », a déclaré à Reuters le numéro deux du mouvement, Moussa Abou Marzouk.

Le Tribunal européen insiste dans un communiqué sur le fait qu’il ne s’est pas prononcé sur le fond. »Ces annulations, encourues pour des motifs fondamentaux de procédure, n’impliquent aucune appréciation de fond sur la question de la qualification du mouvement Hamas de groupe terroriste au sens de la position commune », souligne-t-il. Le Tribunal explique son jugement par le fait que les décisions du Conseil européen étaient fondées « non pas sur des faits examinés et retenus dans des décisions d’autorités nationales compétentes mais sur des imputations factuelles tirées de la presse et d’Internet ». Anticipant un possible maintien des sanctions, il ajoute que « les effets des actes annulés sont maintenus temporairement pour garantir l’efficacité de tout futur éventuel gel des fonds ».

Les Etats-Unis ont exhorté l’Union européenne à ne pas modifier sa position concernant le Hamas. »Nous pensons que l’Union européenne devrait maintenir ses sanctions contre le (mouvement) terroriste Hamas », a déclaré une porte-parole du département d’Etat américain, Jen Psaki.

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, créé il y a tout juste vingt-sept ans et qui prône la destruction de l’Etat d’Israël, a pris en juin 2007 le contrôle de la bande de Gaza, chassant les hommes du Fatah, le groupe du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Les deux organisations ont signé un accord en avril dernier pour mettre fin à leur brouille, qui s’est traduit par la formation d’un gouvernement d’union nationale composé de technocrates, mais elles ne se sont toujours pas entendues sur l’administration du territoire côtier.

Le gouvernement israélien refuse de son côté de considérer comme un interlocuteur valable tout gouvernement incluant le Hamas tant que celui-ci n’aura pas reconnu l’existence de l’Etat d’Israël et renoncé à la lutte armée. Réagissant au jugement du Tribunal européen, le ministre israélien de l’Economie Naftali Bennett, chef du parti d’extrême droite Foyer juif, a estimé que les Européens subiraient les conséquences de cette décision. « Israël est un pays fort et capable de se défendre contre ses ennemis mais ceux qui souffriront le plus du renforcement des groupes terroristes sont les Européens eux-mêmes », a-t-il dit.

Pour en savoir plus :

     -. Texte de l’arrêt du tribunal (deuxième chambre)(FR) http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=160843&pageIndex=0&doclang=fr&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=56209 (EN) http://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2014-12/cp140178en.pdf (communiqué de presse ; langue de procédure)le français)

     -. Jurisprudence de la Cour en matière de terrorisme https://www.google.be/?gfe_rd=cr&ei=QmOSVJS1IImCVKv9gugF&gws_rd=ssl#q=terrorisme++site:curia.europa.eu

 

 

 


Classé dans:droits de la défense, DROITS FONDAMENTAUX, lutte contre le terrorisme

Syrie : réfugiés et victimes des conflits

Posted by on 16/12/14

La conférence ministérielle d’annonce d’engagements pour la réinstallation et d’autres formes d’admission de réfugiés syriens, qui a eu lieu à Genève le 9 décembre 2014, cherche à avancer sur un dossier difficile. Dans un esprit de solidarité et de partage international de la charge, l’objectif de la conférence était de permettre d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les besoins croissants et de fournir l’occasion aux Etats d’annoncer leur engagement pour la réinstallation ou d’autres formes d’admission de réfugiés syriens en 2015 et au-delà.

 Alors que la crise en Syrie entre dans sa quatrième année, plus de 3,5 millions de réfugiés ont fui le conflit et des dizaines de milliers de personnes continuent de traverser la frontière chaque semaine, pour la plupart d’entre eux au Liban, en Jordanie et en Turquie, mais aussi en Irak, en Egypte et d’autres pays dans la région. La contribution que la région a apportée pour la protection des réfugiés est substantielle. Toutefois, cet afflux de réfugiés exerce une pression énorme sur ces pays, ce qui n’est pas viable dans l’immédiat comme à moyen terme.

 Camps surpeuplés, fragilité des financements de l’aide alimentaire, la situation humanitaire des réfugiés syriens recueillis dans les pays limitrophes du conflit devient de plus en plus alarmante. Le minuscule Liban, à la superficie moins grande que celle de la Suisse romande, accueille à lui seul près de 1,2 million de Syriens, ce qui a fait augmenter sa population de 26%. La Turquie et la Jordanie y vont aussi d’un effort colossal, mais de plus en plus difficile à assumer.

 « Les besoins humanitaires dans le monde ont augmenté de façon exponentielle, il est clair que les fonds disponibles pour répondre à ces besoins n’augmentent pas au même rythme, non seulement nous avons moins d’argent pour les besoins croissants, mais la possibilité d’utiliser ces ressources est limitée », souligne Antonio Guterres au début de la conférence.

 En effet, outre le froid, les réfugiés syriens risquaient de souffrir de la faim après que le programme alimentaire mondial (PAM) ait dû suspendre son aide, à travers la distribution de vouchers électroniques, par manque de fonds.

 Le commissaire européen à l’Aide humanitaire et à la Gestion des crises, Christos Stylianides, s’était alarmé de cette interruption brutale et avait annoncé la mobilisation immédiate de 5,5 millions d’euros pour financer les actions du PAM, appelant la communauté internationale et les États membres de l’UE à faire montre de générosité aussi. De cette façon, le PAM a annoncé, exactement le jour de la conférence de Genève, avoir repris son aide, pour le plus grand soulagement de la Commission européenne, partenaire du PAM, et de l’UE.

 Les propositions avancées par le HCR, avant la conférence de mardi, concernaient aussi d’autre formes d’admissions pour les réfugiés, comme l’admission humanitaire, le parrainage privé, les visas humanitaires, l’élargissement des possibilités de regroupement familial et l’évacuation sanitaire.

 Selon le HCR, le contribution des autres pays, jusqu’ici, n’était pas assez pour faire avancer ce dossier si difficile. Mais, à Genève, un effort a ainsi été consenti par les pays riches: l’engagement a été pris d’offrir ces prochains mois 38.000 places supplémentaires, s’ajoutant aux 62.000 admissions déjà promises.

 Lors de la conférence les États européens ont offert 4.000 places supplémentaires aux réfugiés syriens. La Norvège et la Suède ont offert la plupart des places (1.500 chacun); la France s’est engagée avec 500 postes supplémentaires; les Pays-Bas avec 250; et la Belgique avec 150 places. La Pologne, qui n’avaient jamais pris aucun engagement de réinstallation, a offert 100 places pour les réfugiés syriens.

 En outre, au delà des 28.500 places déjà engagées, l’Allemagne a récemment offert 1.500 places supplémentaires pour parrainage individuel. Le Portugal a offert 70 bourses d’urgence disponibles pour l’enseignement supérieur. L’Irlande a annoncé que 111 Syriens ont été admis en Irlande dans le cadre du Programme d’admission humanitaire syrienne au printemps dernier.

 Ces engagements, ainsi que les 1.500 places offertes par le Brésil, portent l’engagement de réinstallation internationale actuelle à 67.638 places, ce qui correspond à un peu plus de 2% des 3,2 millions de réfugiés syriens enregistrés. À la lumière des engagements et des indications de futurs engagements, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés prévoit que le nombre total de places disponibles pour les réfugiés syriens dans les prochains mois peut atteindre 100.000.

 Au terme de la conférence, le Haut Commissaire pour les réfugiés s’est déclaré satisfait. «C’est une claire démonstration de solidarité et un bon résultat intermédiaire», a affirmé à la presse Antonio Guterres. Le Haut Commissaire a précisé que 28 pays ont exprimé leur solidarité avec les pays voisins de la Syrie qui accueillent 3,2 millions de réfugiés. Mais d’autres pays ont annoncé que leur programme va être accéléré, comme les Etats-Unis, ou qu’ils vont se joindre à cet effort.

 L’objectif du HCR est de réinstaller 130.000 réfugiés syriens les plus vulnérables d’ici la fin 2016. A terme, l’agence de l’ONU estime que 10% des réfugiés syriens, soit plus de 300.000, devront trouver un autre pays d’accueil, par exemple pour des raisons de santé ou familiales.

 Présent à Genève, le commissaire européen aux migrations, Dimitris Avramopoulos a rappelé que 34.000 places avaient été offertes dans l’Union européenne depuis 2013, tout en admettant que l’UE pouvait et devait faire plus : « Je suis heureux de constater les chiffres des places qui ont été offertes par les États membres de l’UE. Par rapport aux besoins, il pourrait sembler insignifiant. Il est, cependant, le plus grand engagement dans l’histoire des efforts de réinstallation de l’UE. Néanmoins, je crois fermement que nous pouvons et devons faire plus. »

A y regarder de près, l’Allemagne pèse à elle seule très lourd dans cet effort, avec 20.000 places accordées. Tous les autres pays de l’UE n’ont accepté que quelques centaines, parfois même dizaines de Syriens. Ailleurs dans le monde, les Etats-Unis, l’Australie et le Brésil se montrent les plus accueillants.

 Pour la Suisse, l’ambassadeur à l’ONU, Alexandre Fasel, a affirmé que dix mille Syriens relevant du domaine de l’asile ont été accueillis jusqu’ici en Suisse. En septembre et décembre 2013, 4.200 Syriens ont été admis au titre de la réunification des familles. La Suisse s’est engagée en septembre 2013 à accueillir 500 personnes particulièrement vulnérables. Elle a reçu 390 demandes, et jusqu’ici, 168 Syriens sont arrivés en Suisse au titre de ce programme, a précisé l’ambassadeur.

 Les 110 dossiers restants sur les 500 places promises seront traités prochainement. La Suisse reverra en outre la situation l’année prochaine, a affirmé l’ambassadeur Fasel. Il a aussi indiqué que la Confédération a déboursé jusqu’ici 140 millions pour l’aide à la Syrie et les pays voisins.

 Le ministre luxembourgeois de l’Immigration et de l’Asile, Jean Asselborn, dans son intervention, a rappelé que « pour contribuer à l’effort collectif en faveur des réfugiés syriens et pour exprimer sa solidarité avec les pays avoisinant la Syrie, le Luxembourg a accueilli un premier groupe de réfugiés syriens sur son territoire en avril 2014 ». Alors qu’en ce moment même, une mission luxembourgeoise se trouve en Turquie pour organiser l’accueil d’un deuxième groupe de réfugiés, le ministre a indiqué que « nous atteindrons ainsi le nombre de 60 réfugiés que le gouvernement luxembourgeois s’était engagé à réinstaller. Au-delà de ces réinstallations, le Luxembourg accueille des réfugiés syriens dans le cadre de son quota annuel. Je m’engage donc à accueillir un nombre additionnel de réfugiés syriens en 2015. »

 En fin de la semaine dernière, une trentaine d’ONG, parmi lesquelles Médecins sans frontières, Care International et Amnesty International avaient demandé aux États Membres de prendre des engagements pour accueillir au moins 180.000. En relevant que 95% des réfugiés syriens vivent dans les pays limitrophes du conflit, exigeaient qu’au moins 5% d’entre eux soient réinstallés avant la fin de l’année 2015 dans d’autres pays, et un autre 5% d’ici 2016. Elles avaient dénoncé aussi la passivité des pays du Golfe, si proches de cette guerre, qui ne reçoivent personne, tout comme la Russie, acteur pourtant clé du conflit à l’échelle diplomatique.

 « Les pays riches n’ont accueilli qu’un nombre dérisoire de réfugiés syriens déplacés par la guerre, laissant le lourd fardeau aux pays voisins de la Syrie qui manquent de moyens », avait dénoncé vendredi Amnesty International à moins d’une semaine de la conférence à Genève.

 Trouver des terres d’asile dans des pays éloignés géographiquement et culturellement n’est pas toujours idéal dans la gestion humanitaire, en outre, les pays limitrophes ne vont plus supporter longtemps la pression, selon les ONG. Ces derniers mois, suffoquant sous le poids des arrivées, Liban, Turquie et Jordanie ont imposé des restrictions d’entrée sur leur territoire. Les populations civiles syriennes ne peuvent même plus fuir les bombes. La situation est intolérable.

 Antonio Guterres a souligné que ce programme de réinstallation vise également à prévenir l’afflux de réfugiés syriens par des routes plus dangereuses. Ainsi, depuis janvier , plus de 207.000 migrants (dont plus d’un tiers de Syriens) ont traversé la Méditerranée pour se rendre en Europe et 3.419 sont morts lors de cet exode.Il leur a rendu hommage en affirmant que «la résistance de ces pays a dépassé toutes les attentes». 

En outre, la Commission européenne et l’Italie ont signé, lundi 15 décembre, l’accord constitutif pour lancer le Fonds régional d’affectation de l’UE (EU Regional Trust Fund), « un nouvel outil de financement stratégique pour mobiliser davantage d’aide en réponse à la crise syrienne », a annoncé la Commission. Le financement de départ est de 20 millions d’euros du budget de l’UE et de 3 millions de l’Italie. Un financement supplémentaire est prévu pour 2015.Le fonds aura une dimension régionale et permettra à l’UE et aux États membres d’agir conjointement dans une réponse flexible et rapide aux besoins changeants. Le fonds fonctionnerait avec des coûts de gestion très bas et pourrait servir à l’avenir comme un moyen de financement pour la reconstruction post-conflit.

 « La crise de réfugiés syriens – a dit le Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini – est la pire depuis des décennies en Europe ». Le fonds,a ajouté Mogherini, « permettra d’accroître considérablement l’aide européenne », tandis que l’UE réaffirme son « engagement à parvenir à une solution politique à la crise. »

 Le commissaire de l’Union européenne pour la Politique régionale et de l’intégration européenne, Johannes Hahn, a ensuite commenté : « il est nécessaire de fournir une approche plus cohérente et forte étant donné que les conséquences directes du conflit pour la sécurité de l’UE sont déjà visibles aujourd’hui ».Le Ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Paolo Gentiloni, s’est dit « convaincu que ce nouvel outil permettra d’améliorer la qualité de l’assistance fournie aux réfugiés». Depuis 2012, a rappelé Gentiloni, l’Italie a fourni « une contribution totale d’environ 60 millions d’euros. » Avec cet outil, le pays est disponible à fournir une « réponse plus coordonnée à la crise ».

 

(Irene Capuozzo)

 

 

En savoir plus :

 

-         http://www.7sur7.be – Le PAM suspend son aide à 1,7 million de réfugiés syriens – 01/12/2014  (FR)

 -         http://www.7sur7.be – 180 millions d’euros pour aider les réfugiés syriens – 04/12/2014 – (FR)

 -         Gouvernement du Grand-Duché de Luxemburg – Jean Asselborn à la conférence ministérielle du HCR pour les réfugiés syriens à Genève – 10/12/2014 – (FR)

 -         http://www.20min.ch – Réfugiés syriens: davantage de places de réinstallation – 09/12/2014 – (FR)

 -         Tribune de Genève (www.tdg.ch) – Le HCR veut équilibrer, un peu, l’accueil des Syriens – 09/12/2014 – (FR)

 -         European Commission Press release – European Commissioner Dimitris Avramopoulos calls in Geneva for more protection and admission possibilities for Syrian refugees – 09/12/2014 – (EN)

 -         http://www.lepopulaire.fr – Syrie: la communauté internationale prête à accueillir plus de 100.000 réfugiés – 09/12/2014 – (FR)

 -       http://www.huffpostmaghreb.com – Les pays riches n’accueillent qu’un nombre « dérisoire » de réfugiés syriens, selon Amnesty – 05/12/2014 – (FR)

 -         http://www.theguardian.com – Take in Syrian refugees, aid agencies tell rich countries – 08/12/2014 – (EN)

 -         http://www.dailymail.co.uk – Countries vow to resettle more than 100.000 Syrian refugees: UN – 10/12/2014 – (EN)

 -         European resettlement network (www.resettlement.eu) – Unhcr pledging conference on resettlement and other forms of admission for Syrian refugees – 9/12/2014 – (EN)

 -         UNHCR – Resettlement and Other Forms of Admission for Syrian Refugees – 11/12/2014 – (EN)

 -         UNHCR – Governments at Geneva meeting agree to take in 100,000 Syrian refugees – 09/12/2014 – (EN)

 -         Al-Jazeera – Countries vow to double Syria refugees intake – 10/12/2014 – (EN)

 -     The New York Times, More Nations Pledge to U.N. to Resettle Syrian Refugees – 09/12/2014 – (EN)

 -         The Telegraph – Britain failing to resettle Syria refugees, 9/12/2014 – (EN)

 -         Euranet Plus – EU countries asked to accept more Syrian refugees – 9/12/2014 – (EN)

 -         Reuters – Rich countries urged to take 5 percent of Syrian refugees – 8/12/2014 – (EN)

 -         ECRE, Press Release – Humanitarian & human rights agencies urge governments to resettle 5% refugees from Syria by end of 2015 – 8/12/2014 – (EN)

 


Classé dans:conditions d'accueil des réfugié_s, DIGNITE HUMAINE, DROITS FONDAMENTAUX

Advertisement