Friday 18 April 2014

Currently browsing 'Languages & Culture'

Languages & Culture

 

Roma Summit without Roma involvement?

Posted by on 14/04/14
By Zoltán Massay-Kosubek The good news: the third European Roma Summit has gathered high level political attention from both EU Leaders and Member States. The bad news: there were no real chance either for Roma contribution or for meaningful civil society involvement.

EVS volunteering. Pardon? An overview in a nutshell

Posted by on 25/03/14

Article by: Ladislav Borka (Slovakia)
Edited by: Stefan Alievikj

When I told my mom I am going to be an EVS volunteer in Vukovar, Croatia, she got an image of Mother Teresa combined with Francis of Assisi in a white, long cloak made for monks taking care of orphans and people with lethal diseases. After one year of volunteering I can confirm that this sort of outfit does not belong to an ordinary volunteer´s wardrobe.

My father was more skeptic: instead of being such hippie, I should rather find a normal job and earn some normal money for living – argued he.

Well, who would like to make good money immediately, should not choose EVS. For others, who are not sure how to continue after high school, bachelor or master degree, EVS can be a fair opportunity.

3. EVS Volunteering in a Nutshell

So what is EVS about then?

I am a person who likes to travel, to learn about cultures, History, Geography and languages. For such people EVS can be ideal. What could be also useful during your service is some creativity spirit to initiate activities, will to help other people without having prejudices and good sense for team-work. What you must be guaranteed during your stay is free accommodation, food money and some pocket money. What should you pay then? Only 10% of your travel costs. It is pretty cheap way to discover a country, isn´t it?

How to start?

It is the easiest way to google a little bit, contact the National Agency for mobility in your country. They may help you find a sending organization or you can directly search for it in the European database on EVS accredited organisations . There are bunch of organizations dealing with sending and accepting volunteers all around Europe. If you have already found sending organization they can also help you to find hosting organization – which is the other important link for you. You are going to spent your service there – they will provide the accommodation, place for your activities, ensure your language lessons. Yes, every volunteer has to have the opportunity to study the language of the host country. But I must say, intermediate level of English is welcome wherever you go.
Read the full article

Groningen tourist guide: Hanseatic League precursor of EU

Posted by on 24/03/14

“The Hanseatic League was a precursor of the European Union.”
– Comment by a tourist guide in the town of Groningen in the north-east of the Netherlands, 1 March 2014.  

From the Wikipedia page on the Hanseatic League ( http://en.wikipedia.org/wiki/Hanseatic_League ) :
The Hanseatic league (a.k.a. Hansa, among others) was a commercial and defensive confederation of merchant guilds and their market towns that dominated trade along the coast of Northern Europe. It stretched from the Baltic to the North Sea, and inland during the Late Middle Ages and early modern period (c. 13th to 17th centuries).
    The League was created to protect economic interests and diplomatic privileges in the cities and countries and along the trade routes the merchants visited. The Hanseatic cities had their own legal system and furnished their own armies for mutual protection and aid. Despite this, the organization was not a city-state, nor can it be called a confederation of city-states; (…)
    The legacy of the Hansa is remembered today in several names, for example the German airline Lufthansa, F.C. Hansa Rostock, the Hanze University of Applied Sciences in Groningen, …
    [End of citation, dated 24 March 2014]

Berlin Speech : Top German EP candidates answer my ’6 key issues’, except on Ukraine!

Posted by on 20/03/14
On Monday March 17, I addressed a Berlin debate between top candidates, heading party lists into the European elections: Alexander Graf Lambsdorff MdEP (FDP / ALDE), David McAllister MdL (CDU / EPP), Birgit Sippel MdEP (SPD / Socialists) and Gabi Zimmer MdEP (Die Linke / Left alternative). And last but not least, because she is [...]

Berlin Rede : Deutsche EP Spitzenkandidaten beantworten mein ’6 Kernfragen’, schweigen aber über die Ukraine

Posted by on 20/03/14
Am Montag, dem 17. März, hielt ich eine Ansprache anlässlich einer Debatte in Berlin zwischen den Spitzenkandidaten der Parteilisten für die Europawahlen: Alexander Graf Lambsdorff MdEP (FP / ALDE), David McAllister MdL (CDU / EVP), Birgit Sippel MdEP (SPD / SPE) und Gabi Zimmer MdEP (Die Linke / Europäische Linke). Und nicht zuletzt, denn Sie [...]

Du multilinguisme dans l’Union européenne

Posted by on 17/03/14
Entretien de Dominique Hoppe avec Monsieur Michel Soubies, nouveau représentant de l’Assemblée des Fonctionnaires Francophone des Organisations Internationales (AFFOI monde) à Bruxelles. Précision apportée par Monsieur Soubies : Les considérations qui suivent ne doivent pas être prises comme une attaque contre l’anglais mais bien comme un appel à valoriser une des  grandes richesses de l’Union européenne, [...]

Ngram Viewer from Google

Posted by on 24/02/14

 

While reading the new book of  Viktor Mayer-SchönbergerKenneth Cukier called “Big Data: A Revolution that Will Transform how We Live, Work, and Think” I have learned about Google’s  Ngram Viewer (http://books.google.com/ngrams).  According to the above authors, Ngram Viewer “will generate a graph of the use of words or phrases over time, using the entire Google Books index as a data source” based on a process called datafication. In a few words, dataficiation consists in transforming digital information in to data suitable for multiple use. Since this blog tries to discuss topics related to governance and territorial cooperation I’ve took the time to look for both terms and the results are somehow the expected ones. Governance appeared as a concept after 1980 and was boosted by the a gargantuan amount of publications issued by the World Bank and other international organizations. Territorial cooperation however made its breakthrough around 1900 and, for the past 120 years, its usage was highly influenced by the Europe’s convulsive political past.  One this is clear though, the evolution of the EU was the engine behind the conceptual promotion and practical operationalization of territorial cooperation while governance remains the avatar of international organizations.

 

How to trust Europe again?

Posted by on 20/02/14
Guest blogpost by Dorine van Woerden, adviser on European affairs. The European Union is in itself a remarkable achievement. It is the result of a process of voluntary economic and political integration between the nation states of Europe. Nevertheless, the EU currently faces a number of challenges that threaten the progress that has been made over [...]

Dan Luca on Europe, the 2014 elections & Romania

Posted by on 18/02/14
This below is the summary of an unusual interview, hence done by me and published notably on BlogActiv, not a normal editorial video by a EurActiv journalist. Dan Luca worked 10 years for EurActiv, lately as European Network Director, in charge of EurActiv’s presence in 12 capitals, 12 languages.  He already stood as MEP candidate (PES, Rumania) [...]

Brussels’ Court Jester: Mr Fargey-Wargey

Posted by on 17/02/14

Que: What do Hyacinth Bucket from Keeping up Appearances and Nigel Farage have in common? Answer: Surnames that can be pronounced according to personal preference.

Hyacinth, snob extraordinaire and little England social climber, insists her surname is not Bucket (as in there’s a hole in my …) but Bouquet – as in pretty floral arrangement sitting atop grand pianos in National Trust properties.

Nigel, grandiloquent hater of the EU and vocal opponent of Brussels, insists his name is not Farage (as in cabbage) but Faraahhhge. Nigel, like Hyacinth, seems to prefer the elegant consonants and vowel sounds of the French language to the more guttural sounds of Anglo-Saxon English.

To be fair on Nige though his surname is actually a bastardisation of French. That is because Nige, like Mr Rumpy Pumpy (aka Herman Van Rompuy, President of the European Council, to you and me) share a common ancestry. Farage, like Van Rompuy, is a Belgian surname albeit the former is Flemish, the later French.

So, on the basis that “fair’s-fair” and the Belgian state insists upon linguistic equality EU Perspective proposes that Herman can be called Mr Rompy-Pumpy on condition Nige hence forth be known as Mr Fargy-Wargy.

Nige’s Belgian background is all the more astounding given his otherwise impeccable middle England credentials, dismissal of Belgium as a “non-country” and his avowed hatred of Brussels. When EU Perspectives learned this little nugget of information it thought “Blimey – the guys  Belgian really and not from Little Foxgrove, somewhere in the Shires.”

Not that it matters in the least.

The EU is all about non-discrimination, equality, freedom of speech and giving a Chap the right to spread his message from one EU country to the next. Having a Belgian, not English surname, should be no hindrance to an otherwise ambitious politician who wants to spread his message beyond the confines of middle England. Today Winchester, tomorrow Warsaw, hey. That, after all, is precisely what the EU is all about, is it not?

Anyone foolish enough to try and stop Faraahhge from getting his message out there would be given a swift put-down thanks to EU anti-discrimination laws strictly enforced by the ECJ. The EU is also gracious enough to give Mr Fargy-Wargy a platform from which to preach his anti-EU message – within limits. He did get a fine for suggesting the Council President was a “damp cloth”.

It is only right and proper in a pluralistic society that upholds the rule of law and freedom of speech for Nige to have his say. And thank goodness for it says EU Perspectives.

Without Mr Fargy-Wargy Brussels would just not be the same. Every organisation, like a Shakespeare play, needs its buffoon or resident court jester, to prop the place up and prevent the play or place from drowning in its own earnestness.

Lady Ashton, the EU’s High Representative was once compared, by Nige, to a ”political pigmy”. As a result of this insolence, Nige recounts to Quentin Letts in the Daily Mail,

‘I was told to wait outside the headmaster’s study at 5pm. A flunkey said “would you like a drink?”, meaning coffee. I said: “Yes, please, I’ll have a large gin and tonic.” They didn’t like that.’

We do Nige. We love it. A nice G&T, with ice and a splice, is just what’s needed when being given a dressing-down by a Lady.

The 11 UKIP MEPs, with Nige at the forefront, are our very own Barmy-Army in Brussels – and heaven knows Brussels needs them. They bring a touch of Westminster to Strasbourg, turning otherwise dull Parliamentary committee meetings into a right old, argy-bargy.

That is why EU Perspectives say to the voters of little England – “Please don’t vote for Nige.” He’s turning into a terribly serious looking politician these days as the possibility of responsibility and high office beckons. It might also encourage him to leave Brussels and run for Westminster at the next general election. The EU is not ready to loose its resident court jester. No one we can think of shares his penchant for cracking such fine wise-arse observations.

And – fair’s fair. British politics gets to keep Boris as their resident buffoon. We get to keep our very own Mr Fargy-Wargy to keep up the right-old Brussels argy-bargy.

 

L’UEFA et ses onze valeurs clés – autant que de joueurs dans une équipe de football

Posted by on 04/02/14

Ces onze valeurs ont été présentées pour la première fois par le président de l’UEFA, Michel Platini, dans son discours aux représentants des 53 associations nationales de l’UEFA, aux délégués de la famille du football et aux invités lors du XXXIIIe Congrès ordinaire de l’UEFA, à Copenhague (Danemark), en mars 2009.

Chacune des onze valeurs doit servir de base pour les activités de l’instance et pour le dialogue, au nom du football européen, dans les domaines politique, économique, social et sportif.

Ces valeurs mettent l’accent sur le fait que le football, ainsi que le besoin de défendre ses intérêts, doit toujours être la priorité et l’élément le plus important que l’UEFA prend en considération dans son travail. L’UEFA doit être un leader, mais toujours opérer selon un consensus avec tous les acteurs du football.

Il existe un engagement de bonne gouvernance, d’ouverture, de démocratie, de transparence et de responsabilité, et l’UEFA défend l’autonomie des structures sportives. Le développement du football de base, le renforcement de la solidarité dans le football, et la préservation de l’identité de ce sport et de son esprit à tous les niveaux sont autant d’aspects importants du travail de cette instance européenne.

Grâce à ses onze valeurs, l’UEFA s’engage à protéger les jeunes, en particulier les mineurs, dans le cadre d’une responsabilité morale relative aux risques posés par les transferts internationaux lorsque les jeunes joueurs ont moins de 18 ans. Elle s’engage à protéger l’intégrité sportive contre des phénomènes négatifs comme les paris illégaux, la corruption et les matches truqués, ainsi que le bon déroulement des compétitions de l’UEFA de manière à préserver le vrai esprit du jeu.

L’UEFA est persuadée que ses mesures de fair-play financier amèneront une plus grande stabilité dans le football de clubs, et mettra fin à l’indiscipline et aux excès financiers qui polluent le football et mettent en danger l’existence de nombreux clubs. Ses valeurs promettent de protéger la compétition et les clubs eux-mêmes.

L’équilibre entre équipes nationales et football interclubs doit être conservé dans le cadre des valeurs de l’UEFA puisqu’il s’agit d’un aspect crucial et complémentaire du football. En outre, la valeur de respect doit régner dans tout le football – respect du jeu, de l’intégrité, de la diversité, de la dignité, de la santé des joueurs, des règles, de l’arbitre, de l’adversaire et des supporters, avec une tolérance zéro vis-à-vis des actes de racisme, de violence et du dopage.

Enfin, dans le cadre de ses valeurs clés, l’UEFA s’engage à défendre la spécificité du sport, ainsi que le modèle européen basé sur la promotion et la relégation, le principe de solidarité, les compétitions ouvertes et la chance pour tous.

 

Plus d’informations ici

L’Europe est à Ixelles

Posted by on 24/01/14
La Conseillère communale d’Ixelles, Solange Pitroipa a fait voter une motion sur l’Europe à l’unanimité au Conseil communal du 28 novembre 2013. Solange Pitroipa est conseillère communale (MR) d’Ixelles et conseillère de Police de la Zone Bruxelles Capitale – Ixelles. Le siège de la plus grande assemblée démocratique du monde, le Parlement européen, est élu [...]

« Le multilinguisme, enjeu du XXIe siècle » Qui a peur de la diversité ?

Posted by on 23/01/14

Le 6 décembre dernier, Claire Goyer avait présenté une conférence pour le cercle culturel de la Commission européenne Pensée libre pour l’Europe,  intitulée « Le multilinguisme, enjeu du XXIe siècle… Qui a peur de la diversité ? ».

Il s’agissait d’expression orale, Claire Goyer voulait récrire la transcription avant que le texte soit publié sur son blog.

Nous devions le faire ensemble, mais elle n’est plus là pour parfaire cette réécriture . Il semble préférable de garder ce texte tel quel, et tous ceux qui avaient autant de plaisir à l’écouter qu’à la lire pourront presque l’entendre parler.

Le débat n’a malheureusement pas été transcrit. Je cite Madame Nadine De Loore : «la conférence a été très appréciée, le débat qui a suivi était particulièrement intéressant. Nous avons rarement eu une conférence-débat aussi animée !

Claire était très enthousiaste, enjouée et ses propos étaient clairs et édifiants… »

VL

* * * * * * * * * *

« Le multilinguisme, enjeu du XXIe siècle »

Qui a peur de la diversité ?

Tout d’abord, je n’ai pas la prétention d’épuiser le sujet, mais je suis passionnée par la question de la survie des langues : je suis convaincue que la diversité est une richesse, qu’elle soit linguistique et culturelle ou biologique. Il est vrai qu’à chaque époque, une langue et une culture dominantes ont fait reculer cette diversité. Sumer a été supplanté par Akkad qui a imposé sa langue aux Sumériens, le monde romain et le latin ont dominé la Méditerranée et fait disparaître les langues locales ; et depuis quelques décennies ce rôle de glotophage a été joué par l’anglais. On observe toutefois une évolution depuis quelques années : cette évolution ne va pas nécessairement vers un monde monolingue où tout le monde parlerait la même langue pour se comprendre, mais bien vers un monde où le plurilinguisme constituera un atout considérable et même une compétence indispensable pour affronter la globalisation.

Le cas des États-Unis : il est intéressant de constater le changement qui s’opère dans l’un des pays réputés les plus monolingues de la planète, les États-Unis. Rappelons la devise du peuple américain : one country, one language, one flag (un pays, une langue, un drapeau). À l’heure actuelle, dans de nombreux États les Conseils d’enseignement public ouvrent des classes en immersion ou classe bilingues, à partir de la maternelle. L’enseignement se fait en deux langues  alternativement, un jour sur deux. Il s’agit le plus souvent de classes anglais / espagnol, anglais / mandarin ou anglais / français, bientôt anglais / portugais.

En Californie et en Floride, la langue majoritaire est devenue l’espagnol. On évoque souvent aujourd’hui les États-Unis comme un pays bilingue anglais/espagnol.

Les classes bilingues anglais / français se trouvent en particulier à New-York, en Nouvelle-Angleterre et en Louisiane (i). Ces filières sont très populaires auprès des familles déjà bilingues mais les parents monolingues séduits par la méthode et conscients de ses atouts s’empressent d’y inscrire leurs enfants, en espérant que leur candidature sera retenue. Les files d’attente sont longues. En ce qui concerne plus particulièrement le français, on observe un renouveau d’intérêt pour la langue d’héritage, heritage language, dans le Maine et en Louisiane alors que pendant longtemps les Acadiens déportés là en 1755 par les Anglais après le grand dérangement, véritable nettoyage ethnique, cachaient leur origine et anglicisaient leur nom pour éviter l’hostilité de la population.

Quels avantages offre une éducation bilingue ?

Des recherches sur le cerveau et des tests scientifiques qu’on a fait passer à des enfants aussi bien qu’à des adultes révèlent qu’un  bilingue est  plus précis et plus rapide et que son cerveau est plus actif que celui d’un monolingue. « De nouvelles études montrent que le cerveau multilingue est plus agile, plus rapide, mieux à même de faire face à des ambiguïtés, de résoudre les conflits et même de résister à la maladie d’Alzheimer et à d’autres formes de démence », nous dit Jeffrey Kluger (ii).

La difficulté principale pour développer ces filières reste de trouver des professeurs qualifiés. Aux États-Unis, des universités ont ouvert des formations en éducation bilingue, avec une certification à la clé (ex : Hunter College, New-York). Pour l’anecdote, Laurent Fabius a rendu visite à PS 58, la première école de New-York à avoir ouvert une section bilingue, à Brooklyn. DLF Bruxelles-Europe avait publié un reportage sur cette école dès l’ouverture en 2008 (revue no 227, sur le site). Huit écoles publiques ont depuis ouvert un enseignement bilingue FR/EN à New-York. À la rentrée 2013, la Brooklyn Middle School MS 51 (niveau collège) a été inaugurée.

Cet exemple illustre à quel point les représentations de la langue ou des langues ont changé. En effet au XIXe siècle et jusque dans les années 1950, dans nos pays occidentaux une langue nationale unique était imposée pour créer, disaient les politiques en place, une meilleure cohésion nationale. Dans les écoles, il était même interdit de parler le patois local ou une autre langue sous peine d’être puni. C’est ainsi que beaucoup d’immigrés ne parlaient pas à leurs enfants dans leur langue d’origine pour leur permettre, croyaient-ils, de mieux s’intégrer. On pensait aussi qu’apprendre une autre langue avant cinq ans pouvait être un handicap pour l’apprentissage de la langue naturelle. Les mentalités ont bien changé !

En Europe aussi, l’immersion linguistique connaît actuellement un engouement. Il s’agit d’une approche alternative à l’apprentissage traditionnel des langues étrangères, mise en pratique depuis longtemps dans les écoles européennes avec le succès que l’on connaît. À Bruxelles, de plus en plus d’écoles pratiquent ce système avec le néerlandais comme langue d’immersion – et beaucoup utilisent la méthode EMILE, enseignement matière intégrée en langue étrangère. Des problèmes de financement freinent ce qui est pourtant une nécessité, car les statistiques révèlent que le chômage est beaucoup plus élevé chez les monolingues que chez les bilingues : 20 % de chômage à Bruxelles, 40 % chez les jeunes. (Le Plan Marnix, dont l’objectif est de  promouvoir le multilinguisme dès le plus jeune âge pour tous les petits Bruxellois, a été lancé en septembre dernier.)

Une étude commanditée par la Commission est arrivée aux mêmes conclusions que Kluger : «  L’accès à l’information et la nécessité de naviguer parmi celle-ci est un talent précieux à l’heure actuelle. Si l’esprit multilingue permet de regarder les choses selon plusieurs perspectives différentes, alors on peut dire que l’esprit multilingue est bien adapté aux temps modernes. » (Étude 2009.)

La connaissance des langues est un enrichissement culturel et humain formidable et elle est un atout essentiel dans l’économie mondialisée, mobilité oblige. Les entreprises le disent : l’anglais ne suffit pas. En Europe, 11 % des marchés sont perdus à cause d’un manque de connaissance des langues.

La réalité du terrain, une langue hypercentrale aujourd’hui :

Des années 1950 au début du XXIe siècle, on observe une lente mais inexorable ruée vers l’anglais (Swaan).

En 2012, le baromètre européen des langues montre que si les Européens pensent que le multilinguisme est très important, pratiquement 100  % des jeunes en Europe apprennent l’anglais en LV1, avec des résultats relativement médiocres puisque seulement 14 % peuvent le parler très bien. Plus de 40 % ne savent qu’une seule langue, la leur. Un autre constat, pas si paradoxal : le multilinguisme recule ainsi que le  niveau de la langue naturelle. Les deux sont liés.

La diffusion et la domination de l’anglais comme seule langue totalement mondiale, déplaçant les autres langues internationales, ont atteint des dimensions qu’on n’avait jamais observées dans l’histoire de l’humanité. Gordon Brown n’a-t-il pas déclaré peu avant son départ du 10 Downing Street que son ambition était de faire de l’anglais une langue planétaire ? Nombreux sont les linguistes qui dénoncent cette hégémonie (Phillipson, Fishman, Grin, Baetens-Beardsmore et bien d’autres), car elle implique une hégémonie de la pensée. Fishman (Américain) parle d’une killer-language, langue tueuse. Phillipson a publié English yes, English only, no. Une langue n’est pas neutre.

Les États membres peinent à suivre les politiques linguistiques lancées par l’UE : LM+ 2, langue maternelle + deux autres langues. Au Royaume-Uni l’enseignement des langues est devenu facultatif en 2006, mesure rapportée en 2012 devant la prise de conscience du handicap que représente le monolinguisme dans le monde global, fût-on anglophone.

La malédiction de Babel peut-elle être envisagée comme un plus ?

On compte aujourd’hui dans le monde près de 6 000 langues, dans moins de 200 États souverains.

L’État unilingue et uniculturel représente donc une utopie dans le monde actuel, même si cette utopie demeure très présente dans les idéologies occidentales.

Il y a d’abord la diversité linguistique territoriale – 214 langues au Congo RDC,  plus de 700 en Nouvelle-Guinée, et plus de 1  600 langues ou variétés en Inde. Il y a ensuite la multiplicité linguistique moderne de la migration : dans le Grand Londres on parle plus de 260 langues, et dans la région de Toronto, de Montréal ou de San Francisco on en compte autant. Une des conséquences de l’inter-connexion de plus en plus grande de l’ère numérique est que le déplacement et la mort de langues minoritaires se sont accélérés de façon exponentielle au cours des dernières décennies, (une langue meurt tous les 10 jours) de telle sorte qu’on entrevoit l’éventuelle disparition de la majorité des langues du monde dans moins d’un siècle (Hale, 1992 ; Krauss, 1992). Aujourd’hui, la bataille pour la survie des langues se joue sur internet. L’Unesco a chiffré cette perte à 50 %.

Mais, dans le même temps, la montée en puissance des pays émergents confère aux langues de ces pays un pouvoir correspondant à leur pouvoir économique et politique. Les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) sont en train de constituer des pôles d’influence où l’on ne communique pas nécessairement en anglais, mais en brésilien, espagnol, russe, hindi, chinois. Le français est aussi une langue hypercentrale dans l’espace francophone.

Le 4 décembre s’est tenu à Paris un forum économique francophone avec 560 chefs d’entreprise.

Je conclurai sur l’espace européen qui est relativement pauvre en nombre de langues : 24 langues officielles, 60 langues régionales. Cette multiplicité de langues peut sembler compliquée à gérer dans un espace politique commun. Mais c’est avant tout un héritage culturel impossible à refuser. Il est inscrit  dans l’ADN de l’Europe. Il faut se libérer, nous dit Michaël Oustinov, « d’une vision purement techniciste des langues, ravalant celles-ci au rang de simples instruments interchangeables, alors que chaque langue constitue une vision du monde qui lui est propre ». La question linguistique ne peut obéir exclusivement à des considérations de rationalisation administrative, comme c’est le cas à la Commission, ou dans les agences centralisées. « Une lingua franca ne pourra jamais satisfaire les besoins de communication des citoyens européens », écrit Leonard Orban.

Dès lors la voie est toute tracée : plutôt que de rêver à une hypothétique langue unique – anglais ou espéranto – mieux vaut prendre acte avec le linguiste Claude Hagège que « l’Européen devra élever ses fils et ses filles dans la variété des langues et non dans l’unité  ».

Le monolinguisme sera-t-il l’illettrisme du XXIe siècle ?

 

* * * * *

(i)

  • Révolution bilingue pour la communauté francophone de New York Fabrice Jaumont et Jane Ross. (lien)
  • La vitalité du français en tant que langue d’origine aux États-Unis, Les communautés francophones aux États-Unis, Jane F. Ross et Fabrice Jaumont 2013. (lien)

(ii)

  • The Power of the Bilingual Brain by Jeffrey Kluger / Salt Lake City, Monday, July 29, 2013 (lien)

Le français dans les institutions européennes et dans le monde – Pistes pour une politique d’influence réussie

Posted by on 08/01/14
Claire Goyer, présidente de DLF Bruxelles-Europe, est décédée brutalement mercredi 25 décembre 2013 d’une rupture d’anévrisme. Sa disparition soudaine laisse abasourdis, sans voix, sa famille, ses amis, ses compagnons de combat pour le multilinguisme. Le blog de Claire restera ouvert pour mettre en ligne ses derniers textes, dont cette contribution basée sur le Colloque organisé le 28 novembre 2013 sur « L’image de la France vue de l’étranger ».

Claire Goyer, RIP

Posted by on 07/01/14

Claire Goyer, la Présidente de DLF Bruxelles-Europe, est décédée brutalement mercredi 25 décembre 2013 d’une rupture d’anévrisme. Sa disparition soudaine laisse abasourdis, sans voix, sa famille, ses amis, ses compagnons de combat pour le multilinguisme, tous ceux qui partageaient ses idées, ses projets, ses convictions.

Le blog de Claire restera ouvert pour mettre en ligne ses derniers textes, dont prochainement le compte-rendu de la dernière conférence qu’elle a présidée mardi 3 décembre 2013 à la Représentation Française à Bruxelles, sur le
thème « Le multilinguisme, ça marche ! Qui a peur de la diversité ? »

Les commentaires restent bien-entendu les bienvenus. Dans l’immédiat, l’équipe de DLF Bruxelles-Europe essaiera de remplacer au mieux l’irremplaçable.

Les obsèques de Claire se sont déroulées samedi 4 janvier au cimetière du Père Lachaise à Paris. Les témoignages et messages de sympathie peuvent être envoyés à l’adresse suivante : contact@dlfbruxelles.eu et seront gérés par
Véronique Likforman, amie de Claire et chargée de communication de DLF Bruxelles-Europe.

Advertisement