Saturday 31 January 2015

Currently browsing 'EU Citizens and Media'

A section examining the question of media freedom, EU media coverage and citizens in the EU.

 

New tool for EU experts – What is EU Community?

Posted by on 26/01/15

EU Community will launch the beta version of its first, free service EurActory on 29 January at the European Parliament. But first, we explain the idea one ‘frequently asked question’ at a time.

 

FAQ6 – What is EU Community?

More and more people are engaged in the public debate, through a variety of platforms. This has broadened the conversation and spurred transparency. But policy makers are overwhelmed by the growing amount of press releases, reports, opinions, or tweets.

EU Community works to transform this public sphere into a collaborative community for of EU policy professionals.

How will that work? The EU Community team is developing a series of services and tools to structure and visualise this information on people and documents.

All services are designed in open format and will:

  • provide analytics and visual intelligence on EU policy making;
  • allow you to grasp what others in the EU Community think;
  • allow you to share your expertise with others more efficiently and openly;
  • will save you time.

EurActory is a first tool in development; others will follow soon.

Combining community input with new technology, EU Community will make EU policy making more efficient, EU Community input more relevant and EU working life more productive.

 

EU Community on TwitterLinkedInFacebook

 

Davos: How Europe can tackle extreme wealth inequality

Posted by on 25/01/15

By Àngela Corbalán, Oxfam’s Head of EU Communications and Deputy Head of EU Office

As world leaders arrive in Davos for the first day of the World Economic Forum, storm clouds are gathering overhead. Skyrocketing global inequality has shone a flashlight onto the murky workings of global finance, with Davos becoming center stage this week of how to address this imbalance of power.

Ahead of this year’s conference, a new Oxfam study has shown how wide the chasm now is between the ‘haves’ and ‘have nots’. Wealth: Having It All and Wanting More demonstrates that if current economic trends continue, next year the wealthiest 1 per cent on the planet will own more than everyone else combined. This staggering imbalance of wealth is holding back the fight against poverty at a time when 1 in 9 people do not have enough to eat, and more than a billion people live on less than $1.25 a day. Extreme inequality used to be seen as a problem solely for developing countries, where presidential jets flew over slums and shanty towns. Now it affects us all.

World leaders such as US President Barack Obama, French President François Hollande and IMF chief Christine Lagarde have already spoken about the dangers runaway inequality can cause. Other European leaders must also take up the call. The EU should act to stem the torrent of wealth flowing from the poorest people in the world to the richest – starting with these three concrete steps.

Firstly, the EU must take decisive action to fight tax dodging both within Europe and beyond. Tax evasion and avoidance by large companies and wealthy individuals cost Europe at least €120 billion in lost tax revenue every year, not to mention the billions siphoned away from developing economies in desperate need of revenue to fund public services like health and education.

Secondly, the EU must support ambitious plans to fund the upcoming UN-backed Sustainable Development Goals, including a re-commitment to providing 0.7% of their annual GDP as overseas aid to developing countries. A new UN tax body is also badly needed to re-write the current unfair international tax rules that deprive poor countries of millions in revenue, and should be agreed at the third International Conference on Financing for Development in Addis Ababa, Ethiopia in July.

Finally, a mandatory register for European lobbyists must be set up to shed light on corporate practices that keep the cogs of global inequality spinning. Twenty per cent of billionaires have interests in the financial and insurance sectors, which spent €550m whispering into the ears of policy-makers in both Brussels and Washington in 2013. The pharmaceutical and healthcare sectors – also favorites of the super-rich – spent €500m lobbying both the EU and the United States in the same year.

Oxfam is concerned that the lobbying power of these industries is road blocking the major reforms needed to the global tax system, and giving stringent intellectual property rights priority over the health of the world’s poorest people.

Increasing evidence from many sources, including the International Monetary Fund, shows that economic inequality isn’t just bad for those at the bottom but also damages economic growth. Putting the brakes on extreme wealth inequality must happen now for everyone’s benefit, before the storm clouds really do come rolling in.

Communautarisme et laïcité : des questions pour l’Europe ?

Posted by on 22/01/15

lors que les pays de l’Union européenne cherchent à developper leur protection face aux risques terroristes, chacun de ces états membres réaffirme déjà ses particularismes. c’est donc dans la perspective de coopérations renforcées que les ministres de l’intérieur se sont retrouvé pour la mise en oeuvre de moyens réactifs. Pendant ce temps la Commission européenne par la voix de son président Jean Claude Juncker propose une réponse européenne commune et globale. Ce qui serait, à mon sens, un signal fort à la fois pour les citoyens de l’Union comme pour le reste du monde. Tout particulièrement, dois je le souligner, pour les pays soupçonnés de soutenir les groupes terroristes.

 

En France le débat à déjà glissé vers le thème favori des politiques: celui de la laïcité. Le sujet est important mais il ressemble à un cache misère. il est appelé a la rescousse à chaque fois que l’ion ne saisit pas le fait religieux et que l’on ne sait pas apporter une réponse sociale aux situations complexes.

 

 

Chacun y va des sa définition, de sa perception du sujet, de son herméneutique et parfois avec beaucoup d’approximation. On se dit que ce serait bien d’expliquer une fois pour toute et en tenant compte de tous les paramètres, de toutes les réalités, de toutes les complexités, de repréciser le contenu, peut être de moderniser le concept afin qu’il soit entendu par tous.

 

Reste toutefois que cette question de la laïcité intéresse toute l’Europe même si, en terme de principe, elle n’existe pas ailleurs. Pourtant, personne ne pense a la remettre en cause car elle est, dans sa forme actuelle, un élément de notre culture démocratique française regardée désormais par les pays européens.

 

Cette laïcité est selon certains un rempart, une barrière au communautarisme. Pourtant il me semble que ce n’est pas tant l’existence de communautés qui pose problème. elles sont une conséquence inévitable de la mondialisation et des mouvements migratoires. Elle concernent la citoyenneté mais pas seulement : les mondes économique, culturel et social sont interpellé. Elle concerne notre nation comme les relations internationales, y compris le management des entreprises.

 

On ne peut nier les communautés. Différentes existent. elles ont universitaire, éducative, médicale, chrétienne, musulmane, juive, etc… Communauté, un mot moderne qui se traduisait autrefois par fraternité. rappelons ce texte de Victor Hugo. En substance “ un jour les pays européens formeront la fraternité européenne”. une fraternité devenue communauté européenne puis Union européenne.

 

Ce qui  me semble flagrant c’est l’absence de reconnaissance, de connaissance tout court de ces communautés et de dialogue interculturel entre elles dans le cadre républicain et du principe français de laïcité. Car un regard nouveau est possible au travers de ce prisme.

 

Il s’agit ici de comprendre, de connaître d’abord sa propre culture d’appartenance et ses identités afin de mieux saisir ensuite ce qu’est la culture de l’autre, sa religion. Il sera alors possible d’entamer un vrai dialogue interculturel et interreligieux, une relation saine et respectueuse entre les communautés et les cultures.

 

SYRIZA’s European New Deal

Posted by on 22/01/15
By Filip Kovacevic It is not only geography that is destiny as Napoleon claimed. The historical tradition of a given community has a role to play as well. And so, just like two and a half thousand years ago, Greece is once again in the position to revolutionize Europe.

New tool for EU experts – Who has a profile on EurActory?

Posted by on 20/01/15
By EU Community We're launching the beta version of EurActory, our first tool for EU experts. You can find anyone working in the EU institutions on EurActory, as well as a growing of key lobbyists, analysts or other stakeholders.

France’s excessive laïcité

Posted by on 18/01/15

In the wake of the tragic massacre of cartoonists from Paris on the 7th of January, most major news services around the Western world, from The New York Times to The Guardian and Deutsche Welle, have highlighted in editorials the dire living conditions in which many French Muslims are forced to live.

 

To be sure, poverty, exclusion, lack of employment prospects or the harshness of ghetto life in the suburbs surrounding major French cities cannot excuse the killings that have taken place, nor any other terrorist action for that matter. They do, however, help explain them and at the same time they highlight the decades-old neglect displayed by French officials when dealing with the plight of citizens of Arab origin.

 

A closely related issue is that of intolerant secularism, which over the last few years has prompted actions such as legislative measures directed against the Islamic dress code and has condoned – through the Charlie Hebdo cartoons –  repeated attacks against core Islamic religious values or symbols. Alas, the Catholic foe had been vanquished at horrendous human cost during the French Revolution: the republicans’ search for new religious scapegoats should relent before it is going to be too late.

 

Je Suis Charlie: A Message under Threat

Posted by on 15/01/15

The terrorist attack against the satire magazine “Charlie Hebdo” and subsequent hostage situations in Paris have prompted a tremendous wave of compassion throughout Europe. Surprisingly large demonstrations in European cities have revealed an unprecedented level of solidarity with the French. At the same time, the specific nature of this solidarity appears to be rather fragmented and ambiguous. “Je suis Charlie” means different things to different people. For some, it may mean “I support free speech”, for others, it means “I support intercultural tolerance”, and for Viktor Orban, it means “Let’s restrict immigration”. The only common denominator is the rejection of violence in the name of Islam, which is a limited, but powerful message – but one that is being threatened by prejudice.

The images of millions of people coming together to denounce violence against civilians for religious reasons is a call for civility that directly challenges the legitimacy of terrorist organizations like the Islamic State. However, these images can also be misinterpreted as a massive rally of support for insulting Islam. In the battle to win over the minds of young Muslims in danger of being radicalized, this distinction is extremely important to stress. Most mainstream European leaders have been careful to avoid alienating Muslims, but ordinary citizens have been less cautious, and right-wing populists have been quick to use divisive rhetoric.

In the aftermath of the attacks, there has been a string of anti-Muslim incidents across Europe. These “counter-attacks” are the tip of an iceberg of contempt and distrust which poisons society and only serve to radicalize more people. Populist politicians and right-wing movements like the “Pegida” movement in Germany are in a position to exacerbate these emotions and create more tensions in society at a time when Europe needs right the opposite. In this moment of exceptional solidarity, the powerful message of peace that the Paris attacks have produced, risk being tainted with bigotry.

It isn’t necessary for Europeans to agree on every definition of “Je suis Charlie” in order for their message to be interpreted correctly. They only need to agree to make the bottom line, the rejection of terrorism, their main message, and make it very clear that Europeans are not against Islam, but those who abuse it.

By Marco Funk

Après Charlie, quelle réponse européenne ?

Posted by on 15/01/15
Emmanuel Morucci La semaine que nous venons de vivre a été éprouvante. Une horrible manière de commencer l’année en fait. Et puis il y a eu cet élan qui, au-delà de la nation a permis l’expression des valeurs fondamentales qui font la France et l’Union européenne. Elles se nomment Démocratie, justice, citoyenneté, liberté, paix et solidarité.

La communauté francophone de l’OpenGov

Posted by on 12/01/15

Voir

http://democratieouverte.org/

  • Concevoir et expérimenter des dispositifs de démocratie ouverte.
  • Animer et mettre en réseau les acteurs de la démocratie ouverte.
  • Faire connaître et promouvoir le concept et les bénéfices de la démocratie ouverte.

Capture d’écran 2015-01-12 à 20.07.08

Are you suffering from Metric Myopia?

Posted by on 12/01/15
  Before you obsess over your next analytics report, read the recent article by Ev Williams (Twitter and Medium cofounder) on measuring what matters. William’s article was prompted by the infantile way otherwise supposedly intelligent people (venture capitalists, Wall St analysts, tech & business journalists…) measure the value of companies like Twitter and Instagram: we [...]

‘Yo soy Charlie’: La serenidad como mejor arma europea contra el terror yihadista

Posted by on 09/01/15

Que no hay peor ciego que el que no quiere ver o peor sordo que el que no quiere oír sería la primera enseñanza que los europeos deberíamos extraer de los terroríficos acontecimientos vividos en París. Sabíamos de los riesgos ciertos que el radicalismo islamista supone para nuestra civilización, éramos conscientes de la salida de miles de jóvenes europeos hacia zonas de combate para su entrenamiento con el solo objetivo de su regreso para actuar contra sus objetivos infieles en nuestros países. Hemos sufrido en las dos últimas décadas atentados en nuestras principales ciudades, Madrid, Londres, París… Vemos cómo su imparable violencia cada día avanza en el África subsahariana, en Oriente Medio y en el Golfo Pérsico, asesinando rehenes occidentales, masacrando a la población civil no integrista que se encuentra a su paso colgando cotidianamente en Internet los vídeos de su barbarie. Pero era más cómodo taparse los ojos y los oídos y seguir plácidamente instalados en la pax europea del no pasa nada, como si todo lo que sucedía fuera una realidad virtual de los informativos de televisión. Lo más seguro es que el terror vivido en París tampoco sea suficiente para sacarnos del sopor adormecido del que no acepta complicarse la vida. Y, sin embargo, la guerra santa está entre nosotros para quedarse, es ya parte trágica de nuestra fisonomía, no la hemos importado, la hemos generado en nuestras propias entrañas europeas de los barrios periféricos parisinos o londinenses.

Sería bueno que fuéramos conscientes de que esos jóvenes cargados de odio e ira que quieren acabar con la forma de vida que les hemos dado, son un producto del fracaso de integración de una inmigración que en la mayoría de los casos se retrotrae a sus padres o abuelos. Sería un ejercicio de sentido común reconocer que tenemos un enemigo interior, que evidentemente sirve a órdenes globalizadas exteriores de las redes terroristas yihadistas, pero que tiene su banderín de enganche en la frustración de una juventud a la que no hemos sabido darles valores superiores que contraponer a la irracionalidad de quiénes les piden que maten en nombre de Alá. El paradigma es muy simple: el Occidente surgido de la Ilustración, baqueteado por dos guerras mundiales e instalado en el acomodaticio Estado del Bienestar, está en quiebra porque no ofrece una realidad terrenal mejor que la prometida en otra vida que puede incluso merecer la terrible pena de inmolarse. A una interpretación integrista de una religión que reconoce la violencia como método de alcanzar sus objetivos, solo se le combate con otra religión que contrapone la paz como valor supremo o con una ética de la solidaridad entre los hombres. Da la casualidad de que los europeos, cada día, menos practicantes de la religiosidad y más adoratrices del becerro de oro, hemos abandonado ambas fórmulas de lucha contra el enemigo de la razón.

null

Además, desde la década de los 50 del pasado siglo y, en gran medida, gracias a nuestro poderoso invento de Unión Europea, hemos depuesto las armas entre nosotros y hemos instalado un pacifismo equívoco, que da por sentada la garantía de seguridad en la convivencia, como si ya no existieran enemigos interiores o exteriores. Esa ingenuidad de gobernantes y gobernados, nos pone ahora cuando el terror nos atenaza, en el disparadero de cómo actuar dentro de nuestras confortables fronteras contra el terror integrista. Ante el reto debemos vencer el principal riesgo que nos acecha: la reacción desmedida ante el desafío lanzado por los violentos. El miedo puede llevarnos a socavar nuestra libertad, la esencia misma de nuestro ser europeo y retroceder hacia fórmulas totalitarias o populistas que es exactamente lo que pretenden en su partida de ajedrez a largo plazo los ideólogos yihadistas. Seguridad y libertad son dos caras de la misma moneda indisociables. No puede haber una sin la otra y menos en un espacio común como el que hemos construido con no pocos esfuerzos desde hace casi 60 años. Por tanto, ante el terror la actitud que asuman gobiernos y ciudadanos europeos va a resultar clave para afrontar la nueva situación a la que nos enfrentamos. No podemos caer en la tentación de la respuesta pendular de quien no ha querido ver el problema durante años y ahora pretende resolverlo a base de penas de muerte y convirtiendo Europa en un escenario tan inseguro como injusto. Por ello se impone la serenidad como método de toma de decisiones. Solo la fortaleza que puede darnos el convencimiento de hacer el bien y de no perder nuestros principios pese a ser duramente atacados, nos permitirá ganar esta batalla de formas de entender la vida y la muerte.

La serenidad es aquella actitud del espíritu humano de responder ante cualquier evento o situación sin dejarse arrebatar por sentimientos o emociones desestabilizadores. Una persona serena es una persona pacífica, y en paz con su entorno y para con los demás. Así debemos comportarnos como colectivo racional frente a quienes pretenden que les hagamos frente con sus mismas armas de violencia desatada. Y desde la serenidad debemos entender que la unidad de los europeos que creemos en la paz y la libertad como principal valor en la vida presente, cobra más que nunca un protagonismo histórico. Si nuestros padres fundadores, los Konrad Adenauer, Jean Monnet, Winston Churchill, Robert Schuman, Alice de Gaspieri, Paul-Henri Spaak, Walter Hallstein y Altiero Spinelli fueron capaces de hacernos un relato de la necesidad de la paz como respuesta a cientos de años de enfrentamientos entre nosotros mismos, ahora nuestros líderes tienen la obligación de orientar el discurso de la paz frente a la violencia, de la libertad frente a la imposición. Una vez más, la vieja Europa se convierte en el centro de las miradas del mundo, una vez más, nos encontramos ante la responsabilidad de dar respuestas civilizadas a un planeta interconectado donde la información fluye a toda velocidad y hasta cualquier rincón del orbe. Los enemigos de nuestra forma de vida han escogido Europa como escenario de su asalto, como ya han hecho de forma histórica, pero la forma de guerra ha mutado y ahora no se trata de organizar santas cruzadas contra guerras santas, sino de garantizar la seguridad y la libertad de los ciudadanos que viven en Europa sean del color que sean, piensen o se expresen como lo deseen y profesen la religión que profesen. Ellos, los que siempre en nuestra historia han creído que somos parte de una civilización decadente, incapaces de sacrificarnos y de hacerles frente desde la serenidad y con la paz como bandera, creen que no vamos a ser capaces de soportar su presión día a día, sin perder la unidad y sin caer en formas de totalitarismos. En nuestra mano está escribir una de los mejores capítulos de nuestra historia, uniéndonos ante un enemigo común que desprecia la vida y cualquier forma libre de expresión que no sea la suya.

De cualquier riesgo surge una oportunidad si se sabe afrontar la situación. Por dolorosas que sean las jornadas que nos toquen vivir, los europeos sabemos que somos mejores cuando nos ponen al borde del precipicio de la intransigencia, que en la defensa de nuestros valores nos hacemos fuertes y surge la inteligencia que tantas aportaciones a la humanidad ha dado. Francia no puede sentirse sola en esta batalla ni un solo día, los ciudadanos franceses no pueden pasar este duro trance que puede trasladarse en cualquier momento a una de nuestras ciudades, sin sentir el apoyo incondicional de todos. La coordinación de medios antiterroristas y de información debe ser absoluta entre los Gobiernos de la UE y las propias instituciones europeas deben demostrarnos más que nunca que nos son meros administradores de nuestro comercio, sino que velan por las libertades de los 400 millones de europeos que hoy componen la Unión. Una libertad que se defiende dentro, pero también requiere de acciones conjuntas en el exterior, donde los terroristas hoy avanzan impunemente mientras nosotros miramos para otro lado. Toca rearmarse moralmente y demostrarnos a nosotros mismos y al mundo entero, que por salvaguardar la paz y la libertad estamos dispuestos a hacer todos los sacrificios necesarios. Es la gran hora de Europa como conjunto de valores, no lo desperdiciemos porque puede que nuestra bella forma de vida esté en juego.

A la memoria de todos los periodistas que han dado su vida por darnos la libertad de saber lo irracional que puede llegar a ser la violencia

null

Modern Political Communication – or how to tell a story

Posted by on 09/01/15
Guest blogpost by By Adam Mouchtar We live in a world in which experts are constantly trying to tell us what is in and what is out: long texts, old media, etc. But people are more than keen to read long op-eds, if they are well written and transport a novel idea.

Charlie Hebdo: Show the best of who we are

Posted by on 09/01/15
By Chris Shannon No one wants a tragedy, but it’s happened. We can choose to show the best of who we are or the worst. I choose the former.

Les manifestations anti–islam en Allemagne (PEGIDA) inquiètent

Posted by on 08/01/15

Eulogos s’est déjà exprimé, il y a peu de temps sur le sujet, et depuis, les faits ont confirmé son analyse. Les manifestations anti-islam continuent de prendre de l’ampleur à Dresde, dans l’est de l’Allemagne, et les autorités s’inquiétaient pour l’image du pays malgré une mobilisation anti-raciste majoritaire à l’échelle nationale. Dans un pays encore marqué par son passé nazi et qui cherche à attirer des immigrés pour compenser son déclin démographique, la multiplication de manifestations xénophobes ces dernières semaines a provoqué une levée de bouclier sans précédent: politiques, médias, milieux d’affaires et de nombreux citoyens sur les réseaux sociaux ou dans la rue, mobilisés contre l’islamophobie.

 Mardi 6 janvier le quotidien Bild, publiait une pétition de 50 personnalités disant « Non à Pegida », parmi lesquelles deux anciens chanceliers sociaux-démocrates, Gerhard Schröder et Helmut Schmidt.

 Oliver Bierhoff, le manageur de l’équipe d’Allemagne championne du monde de foot, louait, dans les colonnes du journal le plus lu d’Europe, les vertus de l’intégration, aux côtés d’artistes ou d’ecclésiastiques. parmi les signataires: sept ministres de l’actuel gouvernement. Le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, livrait ce commentaire: « les paroles ne remplacent pas les faits, l’Allemagne a besoin des immigrés ».

 La onzième marche organisée lundi soir janvier dans la capitale de la Saxe par un groupe baptisé « Européens patriotes contre l’islamisation de l?Occident » (Pegida) a réuni 18.000 participants, selon la police. Un record depuis que ce mouvement a débuté en octobre. Mais il n’a pas mobilisé ailleurs et les « anti-Pegida » étaient bien plus nombreux à travers le pays.

Ils étaient ainsi « plusieurs milliers » d’anti-Pegida à Cologne (ouest) où la cathédrale avait été éteinte en signe de protestation contre un mouvement qualifié de xénophobe. A Berlin, l’éclairage de la porte de Brandebourg avait également été éteint et 5.000 contre-manifestants s’étaient mobilisés.

 Dans son allocution du Nouvel An, la chancelière Angela Merkel avait critiqué les meneurs du mouvement anti-islam, épinglant des personnes au « coeur » rempli de « préjugés » et de « haine ». Elle a appelé ses compatriotes à ne pas participer aux manifestations. « L’immigration est un bien pour nous tous,a-t-elle poursuivit » Jugeant « naturel d’accueillir ceux qui y cherchent refuge ».

 « Pegida ne nuit pas seulement à notre pays, mais donne aussi une mauvaise image de l’Allemagne à l’étranger », a déclaré le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier, dans des tweets relayés par son ministère, y compris en langue anglaise.

Le patronat s’est inquiété également. « L’impression qu’on manifeste chez nous contre les étrangers nuit à l’Allemagne », a affirmé Ingo Kramer, président de la Fédération des employeurs.

Dans le cortège de Dresde lundi soir, pas ou peu de crânes rasés mais de simples citoyens, souvent âgés, portant drapeaux et parfois crucifix aux couleurs de l’Allemagne. Ces manifestants disent se sentir menacés par l’immigration, dans ce Land d’ex-Allemagne de l’Est qui ne compte pourtant que 2,2% d’habitants d’origine étrangère, l’un des pourcentages les plus faibles du pays.

 Même minoritaire, ce mouvement met mal à l’aise une Allemagne marquée par l’idéologie raciste de la dictature nazie, par sa responsabilité dans l’extermination des juifs, et qui cherche à présenter une image d’ouverture sur le monde. « Justement en Allemagne, nous devons avoir l’oreille sensible quand une minorité religieuse devient le bouc émissaire de problèmes » de société, souligne Werner Schiffhauer, universitaire et président du Conseil des migrations, qui regroupe des chercheurs sur ce thème. Là où par le passé on affirmait lutter « contre la judéisation de la société allemande », on parle « aujourd’hui d' »une islamisation de l’Occident » fantasmée par une propagande qui se ferme à toute raison », fait-il remarquer. « Nous avons besoin d’une nouvelle représentation de l’Allemagne », a estimé Naika Foroutan, sociologue de l’Université Humbolt à Berlin. « Trop longtemps le message qui nous a façonnés était que l’Allemagne n’était pas un pays d’immigration alors que l’Allemagne l’était de fait », a-t-elle affirmé à la télévision.

 En 1983, la feuille de route du gouvernement formé par les conservateurs d’Helmut Kohl et les libéraux du FDP affirmait: « L’Allemagne n’est pas un pays d’immigration ». Aujourd’hui, un habitant sur cinq en Allemagne a une origine étrangère, selon l’Office des statistiques et le pays est devenu en 2012, la principale destination d’immigration en Europe, accueillant cette année-là 400.000 nouveaux arrivants, selon l’OCDE. C’est aussi la première destination des demandeurs d’asile en Europe. Depuis début 2014, l’Allemagne a accueilli 180.000 réfugiés (+57% par rapport à la même période en 2013).

 Qui est le groupe Pegida ?

 Le groupe Pegida est né en octobre sur Facebook, à l’initiative de Lutz Bachmann, un ancien cuisinier de 41 ans reconverti dans la communication. Fervent partisan de la « tolérance zéro » pour les immigrés qui commettent des délits, il a été condamné à plusieurs reprises lui-même pour divers délits et se trouve actuellement en liberté conditionnelle, expliquait notre correspondant à Berlin en décembre. Il a lancé le principe d’une manifestation tous les lundis, dont l’affluence grandit semaine après semaine.

 Le credo de Pegida ? L’opposition au « fanatisme religieux et à toute forme de radicalisme », et plus précisément le refus de « l’islamisation » de la société allemande. Cela passe par la fin de « l’abus de l’asile » dans un pays qui est devenu la première destination européenne des migrants (voir ci-dessous). Une banderole déployée lundi à Cologne réclamait ainsi « des pommes de terre plutôt que des kebabs », allusion à la forte immigration turque en Allemagne. Au-delà de l’immigration, le mouvement dénonce les médias (« tous des menteurs »), les élites politiques ou encore le multiculturalisme, qui diluerait la culture chrétienne allemande.

Ils n’étaient qu’une poignée il y a deux mois, à la création du mouvement Pegida, un acronyme pour ‘Européens patriotes contre l’islamisation du pays’. Depuis, chaque lundi, à Dresde, ils sont de plus en plus nombreux à se rassembler. 17500 la veille de Noël, avec comme slogan : ‘non à l’islamisation’, ‘nous sommes le peuple’. Soutenu par divers mouvements d’extrême-droite ou néo-nazis, et appuyé par le parti anti-euro et populiste Alternative pour l’Allemagne, Pegida été fondé par Lutz Bachmann : ‘L’Allemagne n’est pas une terre d’immigration répète-t-il. L’intégration ne signifie pas vivre côte à côte, mais vivre ensemble en se fondant sur notre constitution et notre culture allemandes, sur nos racines judéo-chrétiennes, basées sur le christianisme, l’humanisme et les lumières’. Lutz Bachman justifie son mouvement par l’agacement qu’il a ressenti en voyant en octobre dernier des Kurdes défiler en Allemagne contre la guerre en Syrie, ou affronter des salafistes dans les rues de Hambourg. Il décide alors de réagir et lance un appel à manifester sur les réseaux sociaux. Chants religieux, références aux racines judéo-chrétiennes, appel à l’humanisme. Et derrière, un racisme bien ordinaire et qui fait de plus en plus d’adeptes. Les demandeurs d’asile sont de plus en plus montrés du doigt, mais rares sont ceux qui font remarquer que si l’Allemagne avait la même proportion de réfugiés syriens que le Liban , l’Allemagne devrait faire face à près de 21 millions de réfigiés syriens et 86 % des réfugiés dans le monde le sont dans des pays en voie de développement. Il reste vrai que en plus d’être la destination privilégiée des immigrants en Europe, l’Allemagne est aussi la première destination des demandeurs d’asile. 200.000 réfugiés accueillis en 2014, fuyant les conflits en Syrie, Irak, ou ailleurs. Pegida a le soutien de 30 % des Allemands. Mais les anti-racistes sont également mobilisés et chaque jour davantage. Chaque lundi, partout dans le pays, ceux-ci organisent des contre-manifestations et témoignent leur soutien aux étrangers sur leur sol.

 Que représente l’immigration en Allemagne ?

15 millions Depuis les années 1950, l’Allemagne a fait appel à de la main-d’œuvre immigrée de manière régulière : les « gastarbeiter » (littéralement « travailleurs invités ») ont contribué au redressement économique du pays durant des décennies. En 2010, selon les statistiques officielles, on comptait 19,3 % de personnes issues de l’immigration dans le pays : 8,6 millions étaient de nationalité allemande et 7,15 millions de nationalité étrangère. Parmi ces immigrés, 10,6 millions étaient nés à l’étranger et 5,15 millions en Allemagne. A titre de comparaison, en France, 8,4 % de la population est immigrée.

 L’Europe de l’Est et la Turquie ont longtemps fourni l’essentiel du contingent d’immigrés allemands : on compte 2,5 millions de personnes d’origine turque en Allemagne et plus de deux millions d’immigrés d’origine russe ou polonaise. Il y a une explication historique à ce phénomène : longtemps, des populations d’origine allemande rapatriées des pays de l’ancienne Union soviétique ont constitué des cohortes importantes. Autre contingent nombreux, celui des immigrés venus des pays de l’ex-Yougoslavie.

 Cette immigration a été très importante jusque dans les années 1980, avant de diminuer au cours des années 1990. Mais elle a aussi connu un mouvement de sédentarisation : les travailleurs venus dans le cadre de migrations temporaires sont restés en Allemagne.

 Autre élément à rappeler : l’Allemagne était régie, jusqu’en 2000, par la politique du droit du sang. Il fallait avoir un parent allemand pour acquérir cette nationalité. Depuis la réforme, un enfant dont les parents étrangers résident depuis au moins huit ans en Allemagne peut être allemand. Ainsi, 8 millions de personnes ont obtenu la nationalité allemande.

 Combien coûte un migrant ?

C’est un débat qui fait rage en Allemagne comme ailleurs et les économistes se disputent sur le sujet. L’Institut ZEW pour le compte de la fondation Bertelsman s’est livré à un calcul cherchant à démontrer les bienfaits de l’immigration. Selon l’étude chaque immigrant apporterait aux budgets sociaux et au fisc 3300europs par an et par personne de plus que ce coûterait un étranger à l’Etat. Mais ce chiffre est contesté par l’Institut IFO de Munich qui estime que chaque nouveau venu coûterait 1800 euros par personne et par an. La différence s’expliquerait par la prise en compte des frai généraux (Défense, entretien des autoroutes etc). IFO fait remarquer que les migrants préfèrent les Etats-Unis et selon l’OCDE seuls 25 % des migrants rejoignant l’Allemagne sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur. Mais remarquons que depuis 2013 l’Allemagne est le deuxième pays d’accueil derrière les Etats-Unis, passant devant le Canada et l’Australie. Face à un tel bouleversement, récent, on comprend que les autorités sont souvent débordés et ont de grosses difficultés pour faire face. C’est cette impuissance des pouvoirs publics qui explique en partie le succès de Pegida, parti de rien et échappant à tout contrôle des partis politiques traditionnels. Selon un sondage seulement, 13% des allemands seraient prêts à participer à une marche contre l’islamisation si une telle manifestation était organisée dans leur ville. 29% des personne interrogées estiment ces marches justifiées.

 Pourquoi cette flambée anti-immigrants ?

Plusieurs phénomènes peuvent expliquer cette flambée du discours anti-immigration. D’une part, la démographie allemande est en chute libre et les autorités n’ont pas freiné les arrivées dans le pays. Selon Destatis, l’office fédéral de la statistique, le pays a connu 673 000 naissances en 2012 pour 869 000 décès, soit un solde négatif de 196 000 personnes. Depuis des décennies, c’est uniquement grâce à l’immigration que l’Allemagne maintient un solde démographique positif. Mais surtout, depuis le début de la décennie 2010, l’Allemagne redevient un pays d’immigration massive. C’est notamment la première destination en matière de demandes d’asile en Europe, avec une véritable envolée des demandes ces dernières années et ces derniers mois, comme chacun le sait (Allemagne et Suède c’est la moitié des réfugiés.) alors que la France connaît une relative stabilité. De plus, avec l’immigration, l’Allemagne a connu une hausse du nombre de ses citoyens musulmans, qui sont aujourd’hui 5 millions environ, sur une population de 80 millions, selon les statistiques officielles. C’est notamment sur la question de la religion que des mouvements tels Pegida mobilisent.

 Mais la majorité a bien compris, à commencer par Ulrich Grillo, président de la puissante fédération de l’industrie BDI qui représente 100 000 PME faisant travailler 8 millions de personnes, et tout le monde en est bien conscient que l’Allemagne ne pourra assurer le financement de son système social sans un recours massif à l’immigration.

 « L’Allemagne ne pourra échapper plus longtemps à un vaste débat sur l’immigration, résume le politologue de Dresde, Werner Patzelt. Jusqu’à présent la classe politique traditionnelle a négligé -surtout à l’est du pays- le débat autour de l’intégration et de l’immigration pour un pays dépourvu de toute tradition en la matière. On a toujours dit aux allemands que les étrangers allaient repartir un jour. Bien sûr c’était totalement naïf ».

Pour en savoir plus :

Germany Pergina Protest http://www.bbc.com/news/world-europe-30685842

 


Classé dans:conditions d'accueil des réfugié_s, DIGNITE HUMAINE, DROITS FONDAMENTAUX, IMMIGRATION, Lutte contre l'immigration illégale, Politique d'intégration

Putin meets Hollande: Why was Putin in such a good mood?

Posted by on 05/01/15
By Filip Kovacevic Putin held a surprise meeting with the French president François Hollande at a Moscow airport. From the way he smiled at the unscripted press briefing, it was clear that the meeting went extremely well. And it is not difficult to understand why.

Advertisement