Wednesday 30 July 2014

Currently browsing 'EU Citizens and Media'

A section examining the question of media freedom, EU media coverage and citizens in the EU.

 

Le HCR appelle l’Europe à intensifier ses efforts

Posted by on 28/07/14

Le Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU (UNHCR) a demandé le 24 juillet dernier à l’Europe d’agir de toute urgence face à la forte hausse de nombre de migrants traversant la Méditerranée. Dans un communiqué l’organisation indique qu’au cours des 10 derniers jours, plus de 260 d’entre eux sont morts ce qui porte à plus de 800 le bilan des morts pour l’année 2014.

La mort de 260 personnes en moins de dix jours, dans des circonstances horribles, montre que la crise en Méditerranée s’intensi fie » a déclaré le Haut commissaire aux réfugiés, Antonio Guterres. »Les Européens doivent agir d’urgence pour éviter cette catastrophe ne s’aggrave d’ici la fin de l’année ». Il a demandé aux gouvernements de renforcer leurs opérations de secours, de faciliter un accès rapide aux procédures d’asile pour ceux ayant besoin de protection et de trouver des alternatives légales à une traversée dangereuse de la Méditerranée. Il souhaite aussi que les capacités d’accueil soient améliorées et que des solutions à long terme soient recherchées et trouvées.

Le bilan de 800 morts depuis le début de l’année est supérieur à celui de l’an dernier (600 morts) et 2012 (500 morts. Au cours du premier semestre, plus de 75000 migrants sont arrivés par la mer en Italie, en Grèce, en Espagne et à Malte, soit 25% de plus que les 60 000qui ont fait le voyage sur toute l’année 2013 et trois fois plus que les 22 000 recensés en 2012.

L’Italie en a reçu le plus grand nombre(63884) devant la Grèce (10 080), l’Espagne (1000) et malte( 227). Depuis le 1er juillet, l’exode s’est encore accéléré, avec l’arrivée de 21000 réfugiés en Italie, dont 8000 au cours du weekend dernier des 26 et 27 juillet. Ils viennent principalement d’Erythrée, de Syrie et du Mali et sont passés par la Libye dont situation absolument chaotique est bien connue depuis un certain temps. Parmi eux se trouvent plus de 10 000 enfants, dont 376 en provenance de Syrie. Quelque 6500 enfants surtout des Erythréens, n’étaient pas accompagnés par des adultes .

Pour en savoir plus :

     -. Texte du communiqué du HCR  http://www.unhcr.be/fr/accueil/artikel/edf06b9474e9dd6ca1daa8e2c53df243/-25812b09cf.html

     -. Dossier de Nea say sur les enfants, mineurs non accompagnés http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=3222&nea=148&lang=fra&arch=0&term=0

 


Classé dans:conditions d'accueil des réfugié_s, DIGNITE HUMAINE, DROITS FONDAMENTAUX

Erste E-Mail erreichte Deutschland vor 30 Jahren

Posted by on 28/07/14

Sie ist das zentrale Kommunikationsmittel unserer Zeit: die E-Mail.
Schnell und günstig lassen sich weltweit kurze Nachrichten ebenso
austauschen wie große Datenpakete. Die erste E-Mail erreichte Deutschland
an der damaligen Universität Karlsruhe (TH), dem heutigen Karlsruher
Institut für Technologie, vor 30 Jahren. Sie stellte erstmals über das
Internet eine Verbindung zwischen dem amerikanischen Netzwerk CSNET
(Computer Science Net) und dem neuen Karlsruher CSNET-Server her.

Am 3. August 1984 um 10:14 Uhr mitteleuropäischer Zeit landet die erste
direkte E-Mail Deutschlands aus dem ARPANET, dem Vorläufer des Internet,
in den Postfächern von Professor Werner Zorn, Leiter der Informatik-
Rechnerabteilung (IRA), und seinem damaligen Mitarbeiter Michael Rotert.
Mit den Worten “This is your official welcome to CSNET. We are glad to
have you aboard“, begrüßt die US-Amerikanerin Laura Breeden, Mitarbeiterin
des CSNET Koordinations- und Informationszentrums bei Bolt Beranek &
Newman (BBN) in Boston, die neuen deutschen Mitglieder des Netzwerks und
erklärte damit offiziell die Betriebsbereitschaft des deutschen Servers.

„Die erste E-Mail in Karlsruhe war der Vorbote einer enormen
technologischen und gesellschaftlichen Veränderung,“ sagt Professor Holger
Hanselka, Präsident des KIT. „Die schnelle Kommunikation hat unsere Welt
zusammenwachsen lassen und den grenzüberschreitenden Austausch von Ideen
und Perspektiven ermöglicht. Ein gelungenes Beispiel von Forschung und
Technologietransfer, die unseren Alltag erreichen.“

Zwar wurden in Deutschland bereits vor dem August 1984 E-Mails versendet
und empfangen, bei der Karlsruher Nachricht handelt es sich jedoch um die
Erste, die an einen eigenständigen deutschlandweit verfügbaren E-Mail-
Server über das Internet ging. Zuvor mussten sich die Nutzer telefonisch
in amerikanische Computer einwählen. CSNET war ein in den frühen 1980er-
Jahren in den USA entwickeltes Computer-Netzwerk, in dem sich verschiedene
US-Hochschulen zusammengeschlossen hatten, um die Kommunikation zwischen
den Wissenschaftlern zu erleichtern. Israel und Deutschland waren die
ersten Nationen, die bereits 1984 an das CSNET angeschlossen waren.

Damals war es noch nicht abzuschätzen, wie rasant sich die E-Mail zu einem
der wichtigsten Kommunikationsmedien entwickeln würde. Die wirtschaftliche
Bedeutung habe damals niemand einschätzen können. “Wir haben das aus
Entdeckerfreude gemacht und nicht an Geld gedacht”, sagt Zorn,
mittlerweile Universitätsprofessor im Ruhestand und Mitglied der Internet
Hall of Fame. „Zwar haben Zeitungen damals darüber berichtet, aber es lief
eher unter dem Label ,Exotenwissenschaft‘.“

Zorn als Gesamtverantwortlicher des CSNET-Dienstes für die Domäne
„germany“ („administrative liaison“, heute „admin-c“) und Michael Rotert
als Betreuer des CSNET-Mailservers („technical liaison“, heute „tech-c“)
waren somit ab dem 3. August 1984 weltweit unter den Mailadressen
„zorn@germany.csnet“ und „rotert@germany.csnet“ erreichbar. Mit dieser
ersten E-Mail fiel in Karlsruhe der Startschuss für die heute so
selbstverständlich und flächendeckend genutzte „Elektronische Post“. Der
Grundstein dazu wurde bereits Ende 1982 mit dem Projektantrag
„Interkonnektion von Netzen“ gelegt, in welchem Zorn dem
Bundesforschungsministerium (BMFT) vorschlug, das geplante Deutsche
Forschungsnetz (DFN) frühzeitig an das US- amerikanische Computer Science
Net (CSNET) anzubinden.

Das von der National Science Foundation (NSF) geförderte CSNET hatte zum
Ziel, über das militärisch finanzierte und damit stark eingeschränkte
ARPANET hinaus, die Wissenschaftskommunikation national und international
zu erleichtern oder überhaupt zu ermöglichen. Es war das erste System,
dass die Kommunikationsprotokolle nutze, die denen des Internet
entsprachen. Dank des Erfolges von CSNET wurden die weiteren Schritte zum
NSFNET getan, das einige Jahre später das Rückgrat des Internets wurde.
Daher spricht man auch vom CSNET als erstem „Internet“ und von der „erste
deutschen Internet E-Mail“, um sie von anderen elektronischen
Kommunikationsnetzen damals abzugrenzen, deren Entwicklung jedoch nicht
zum Internet führten.

Zum genauen Zeitpunkt der Übermittlung gab es in der Vergangenheit
Missverständnisse: Laura Breeden versendete die E-Mail am 2. August um
12:35 Uhr US-amerikanischer Zeit. Sie wurde an den Server CSNET-SH
weitergeleitet und landete schließlich im sogenannten CSNET-Relay, in dem
die Mails zunächst gesammelt und von Karlsruhe aus abgeholt werden
mussten. Deshalb trägt die erste E-Mail in Karlsruhe das Datum des
Folgetags und die Uhrzeit 10:14 Uhr.

Weiterführende Informationen zur Geschichte der ersten E-Mail:
<www.informatik.kit.edu/ersteEmail>

Vivimos en una Europa incolora, insípida e indolora

Posted by on 27/07/14
Por Jesús González Aire irrespirable para muchos millones de ciudadanos europeos que no creen en la construcción, ni en el proyecto más exitoso de nuestra historia. Estamos entre todos, unos por acción y otros por omisión de no participar en el cambio de rumbo, agotando las opciones de seguir constituyendo el espacio de libertad humana más sólido en el tiempo y en el espacio.

Prisons et vols secrets de la CIA : la justice européenne est passée

Posted by on 27/07/14

La justice européenne est passée là où les institutions européennes ont montré leur impuissance (Parlement européen), leur attitude timorée (Commission européenne) ou leur franche mauvaise volonté (Conseil et Etats membres). C’est une longue histoire racontée dans le détail par Nea say de Eulogos. Un dossier particulièrement riche a été rassemblé année après année : cf. « pour en savoir visant des terroristes présumés. Le pays a été condamné pour son rôle dans les tortures subies sur son territoire en 2002-2003 par un palestinien et un Saoudien, avant que ceux-ci ne soient transférés à la base américaine de Guantanamo où ils sont toujours détenus.

La Pologne a coopéré à la préparation et à la mise en œuvre des opérations de remise, de détention secrète et d’interrogations menées par la CIA sur son territoire visant des terroristes présumés: la Pologne aurait dû savoir que, en permettant à la CIA de détenir de telles personnes sur son territoire elle leur faisait courir un risque sérieux de subir des traitements contraires à la Convention européenne des droits de l’homme. Tel est le jugement de la COUR qui indirectement condamne aussi la CIA et les Etats-Unis ; La Cour avait été saisie par les avocats de Abd Zoubaydah, un palestinien de 43 ans et Abd al-Rahim, un saoudien de 49 ans. Ceux-ci avaient plaidé que les autorités polonaises, en toute connaissance de cause et de manière délibérée, notamment par la simulation de noyades avaient autorisé la CIA à les détenir au secret pendant plusieurs mois en 2002 et 2003 en Pologne où ils ont été torturés, notamment par la technique bien connue de simulation de noyades (water boarding). Les autorités polonaises ont trois mois pour demander un nouvel examen du dossier devant la Grande Chambre de la CEDH, une sorte d’appel auquel la Grande Chambre n’est pas tenue de donner suite.

Dans les deux affaires, les juges ont estimé que la Pologne n’a pas respecté l’obligation qui découlait pour elle de l’article 38 de la Convention européenne des droits de l’homme (obligation de fournir toute facilité nécessaire pour la conduite efficace de l’enquête. Les juges ont conclu, entre autres, à la violation de plusieurs articles portant sur l’interdiction de la torture et des traitements inhumains ou dégradants, sur le droit au respect de la vie privée et familiale ou sur le droit à un procès équitable.

Rappelons que le Conseil de l’Europe, le premier avec les remarquables rapports de Dick Marty, avait lancé cette sordide et dramatique affaire concernant les pratiques de la CIA, sur le sol européen. Il a été relayé par le Parlement européen qui avait créé une commission d’enquête présidée par le député portugais Carlos Coelho qui a donné lieu au rapport du député Fava, qui fut suivi d’une résolution. Deux nouveaux rapports donnant lieu à des résolutions du Parlement européen ont tenté de relancer le dossier : rapports de Hélène Flautre et de Lopez Aguilar, alors président de la commission LIBE. Dernière tentative avant que le Parlement européen ne se sépare pour les élections du 25 mai dernier.

Les députés européens ont demandé au Conseil d’enquêter de façon plus approfondie sur l’implication des Etats membres dans ces pratiques d’enlèvements, détentions, transferts secrets dans lesquels seraient impliqués à des titres divers la Lituanie, la Roumanie, le Royaume-Uni, l’Espagne, la Belgique, la France, la Slovaquie et bien entendu la Pologne. Aucune suite n’a été donnée aux demandes réitérées du Parlement européen. Cette condamnation, particulièrement sévère dans ses attendus, peut fournir une bonne occasion au tout nouveau Parlement européen de relancer un dossier perdu de vue.

Pour en savoir plus :

     -. Dossier de Nea say sur les prisons, enlèvements et vols secrets de la CIA http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=3222&nea=148&lang=fra&arch=0&term=0

     -. Dossier de Nea say sur Guantanamo http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=3222&nea=148&lang=fra&arch=0&term=0

     -. Communiqué de presse de la CEDH et texte de la décision (FR) http://hudoc.echr.coe.int/sites/eng-press/pages/search.aspx?i=003-4832214-5894817#{"itemid":["003-4832214-5894817"]} (EN) http://hudoc.echr.coe.int/sites/eng-press/pages/search.aspx?i=003-4832205-5894802#{"itemid":["003-4832205-5894802"]}

Le texte de l’arrêt n’existe pour l’instant qu’en anglais

 

 


Classé dans:DIGNITE HUMAINE, Droit à l'intégrité de la personne, DROITS FONDAMENTAUX, Lutte contre la torture, Lutte contre le terrorisme

How to unlock the EU this summer?

Posted by on 22/07/14
By Dan Luca Federica Mogherini. Jonathan Hill. Names and nominees are floated for future Commissioners, but can't Europe do better? The best thing for the UK's relationship with the rest of Europe, for example, is to put forward David Miliband in the field. Yes: his brother leads the Left in Britain. But David is by far the best choice for all stakeholders, including the Conservatives.

Centennial Commemoration of World War I

Posted by on 22/07/14

The killing of a man’s nephew triggered an event that changed the course of human civilization in the subsequent decades. It was on June 28, 1914 when a Yugoslav nationalist assassinated Archduke Franz Ferdinand, heir to the Austro-Hungarian throne, in Sarajevo.

What followed then was the July Crisis. And on this very day 100 years ago, July 23, the Dual Monarchy of Austria-Hungary issued an ultimatum against Serbia, for they believed that the assassination was concocted by a secret military society consisted of members of the Serbian military. The notion gave the Austrian government the opportunity for them to exert their influential authority over Southeast Europe and suppress nationalist movements.

The ultimatum though was impossible to abide as it threatened Serbia’s sovereignty. It was Austria’s expectation that Serbia would reject the remarkably severe terms of said ultimatum, thus giving it a “legitimate” pretext for declaring war. The Kaiserreich declared war on Serbia five days later, which also implied the declaration of the death warrants of the Austro-Hungarian Empire and three other powerful empires in Europe that time.

It’s vital for us to memorialize the centennial anniversary of the “Great War”. But there is nothing great in war, especially in this one. World War I was one of the deadliest conflicts in human history, one that cost the world €7.6b and resulted to 20 million senseless deaths, all caused by a few absurd yet essential factors, which include imperialist foreign policies, militarism, sheer nationalism, complex alliances, and domestic crises.

One of those factors still infect world politics today. Nationalism, still a major contributing factor to armed conflicts, continues to stand firm. 19th century nationalism was when great powers of Europe had the desire for dominance and prestige. This shameless and greedy desire for power should be condemned. And I have redundantly condemned the ideology in almost every piece I’ve written in this blog. And it deserves more damnation.

Ongoing civil wars in Africa and the Middle East, the rise of new terror extremists, the recklessness of rising superpowers and their refusal to adhere to international legal and diplomatic principles, the capitalist-consumerist policies that hinder world poverty reduction, and the lack of global progress in addressing climate change are just some of the major challenges our world currently faces. And they are the challenges that will continue to make human civilization suffer if we don’t act.

I realize that the planet is geopolitically divided. Power politics continue to evolve and dominate the current global order but I nevertheless believe that we citizens ultimately have the power to construct the world we want to live in. And we can achieve that by pressuring our governments to promote further enhancements in global governance.

From an EU perspective, the creation of a quasi-political union was the first step in promoting regional organizational integration as a mechanism to change an order to a system where unity of nations prevail over individual sovereign states. It’s time to take the next step. For Europe, it’s time to promote more integration. Not just inside the Union, but also outside, by advocating enhanced regional integration of similar organizations.

A huge step is to also reform the United Nations, starting with the Security Council. Reforming the UN is reforming the current global order. It needs to be adapted to contemporary global sociopolitical realities for it to genuinely fulfill its aim to maintain world peace and prosperity.

Let us learn from history. Let’s not do the same mistake. Nationalism was one of the gross factors that triggered the atrocities of the past century. It’s time for us to contemplate this and rationalize a new approach in changing our ways and our world. Thus, governments should start discouraging militarism and jingoism as it is the only way for human civilization to weaken our warmongering mentality. Warfare must be put to an end before it ends us.

 

 

(Political cartoons from Google Images, courtesy of the rightful owners.)

https://i.imgur.com/F4VlMib.jpg

https://i.imgur.com/phH8jBK.jpg

Life with Disability: “I am not Feeble-minded, I just Can’t Hear You Well”

Posted by on 20/07/14

Article by: Jelena Đorić, Hrvoje Nimac, Haris Dedović
Edited by: Ana Alibegova & Stefan Alijevikj

“When I go to the counter in some institution, I have to read the lips of the officer behind the counter because I cannot hear the voice through the glass. Sometimes I do not understand so I have to ask same things several times. Then this person becomes upset and starts yelling at me saying word by word, as if I am feeble-minded. Then I have to tell them: Sorry, I’m not stupid, I just can’t hear very well”.  This is how Sandra Peshevska-Mickovska, a passionate painter and a member of  the Association of Students and Youth with Disabilities portrays an unusual situation from the everyday life of a person with disability in Macedonia. Together with Daniela Stojanovska – Djingovska, the President of the Association of Students and Youth with Dissabilities, they present their organizational activities, explain the challenges they are facing, discuss the inclusion of the disabled people in Macedonia, and send a message that being disabled does not require a special treatment or over-emotionalizing, but equal rights as any other citizen of the country.

M!: Tell us something about your association. What are the activities you work on?

Daniela: Our association started working in 2002 and at the beginning was registered as an “association of students”, however, some time later, we re-registered and became “youth association”, being able to also include other young people with physical difficulties. The association has around 150 members and while most of them are people with disabilities, we also have 10-20 per cent of people without disabilities as we are an inclusive organization.

Regarding activities, first, there is the promotion and implementation of inclusion of people with disabilities, but in addition, we are working on the realization of rights, equality and on the correction of system errors that we have in Macedonia. Essentially, we are trying to remove all barriers  for people with disabilities, in order to engage them more easily in the educational processes.

M!: Do you cooperate with the authorities in Macedonia?

Daniela: When it comes to financing, as an association we are not getting anything from the present government and we have not gotten anything from any of the preceding governments either. We are funded strictly by foreign donations. Since we operate as a service and we are unique in this regard, we have tried in the past to get some funding from the authorities, but it was all in vain. One thing I can commend is that we have a good cooperation with the governments regarding creation of new laws. In 2008 an Act was adopted that enabled people with disabilities to be free of fee payment for enrolling to higher educational institutions. This resulted with increased number of people with disabilities going to college. And on a local level, in the city of Skopje, the transportation for the people with movement difficulties has been solved.

Halte aux idées reçues en matière d’immigration

Posted by on 17/07/14

Dans un rapport intitulé « Is what we hear about migration really true ? » édité par le sociologue et démographe Philippe Fargues, le Centre d’études des politiques migratoires de l’Institut universitaire européen de Florence revient sur huit stéréotypes faux qu’il importe de démonter préalablement à tout débat éclairé sur la question. Les politiciens qui exploitent ces préjugés à des fins électoralistes ou pour prôner une hypothétique fermeture totale des frontières seraient avisés de s’y référer.

 Huit stéréotypes à démonter pour établir un débat débarrassé de préjugés trompeurs

« Nous n’avons pas besoin des migrants ». Cette assertion est fausse, voire dangereuse, lorsque l’on considère le déclin démographique européen. En 2050, sans immigration supplémentaire, la population européenne aura décrue de 58 millions ! Or, comment avoir voix au chapitre des grandes puissances si la population est en déclin ? La population est également vieillissante, rendant les systèmes de retraite et l’Etat providence insoutenables à brève échéance (2030). L’immigration est donc une solution rapide et incontournable pour le maintien des systèmes sociaux et le développement économique.

« Les migrants volent nos emplois ». C’est une idée partagée par près de la moitié des citoyens de l’UE. Ce faux « bon sens » s’oppose à la rationalité du comportement des migrants : ceux-ci évitent généralement les pays avec un fort taux de chômage pour s’installer. On observe par conséquent une corrélation majoritairement négative entre l’immigration et le chômage après la crise de 2008. Un chômage élevé ne saurait donc être imputé à l’immigration sans tordre la réalité.

« Nous n’avons pas besoin d’immigrants peu qualifiés dans l’UE ». Si les Etats membres ont progressivement orienté leur politique migratoire vers les migrants qualifiés, il n’en demeure pas moins que l’économie européenne a besoin de migrants peu qualifiés, ne serait-ce que pour occuper des emplois peu prisés par les natifs. La réalité des Etats membres est toutefois hétérogène, selon la structure de l’économie et la main d’oeuvre recherchée pour y répondre.

« Les immigrés minent notre système social ». Les migrants sont accusés de profiter des allocations chômages, logement ou familiales. Ces dépenses sont néanmoins faibles pour les Etats, eu égard aux dépenses de santé ou de retraites. Or, les migrants sont souvent jeunes, actifs. Il en résulte que les immigrés sont des contributeurs nets aux comptes sociaux.

« Les immigrés entravent notre capacité d’innovation ». Empiriquement, il apparaît que les pays avec des politiques migratoires ouvertes à destination des immigrés qualifié ont de meilleures performances en matière d’innovation.

« Les côtes Méditerranéennes sont noyées sous le flot de demandeurs d’asile ». Contrairement à l’image médiatique, les réfugiés ne « débarquent » pas massivement sur les plages européennes. La majorité des flux est entre les pays du Sud. L’idée que l’Europe prenne une part aux conséquences des désastres et des guerres du monde est une obligation résultant de la Convention de Genève.

« Ceux qui immigrent pour des raisons économiques essaient de tromper notre système d’asile ». Cette idée est également fausse. Hormis des chiffres plus erratiques ces dernières années (pics en 2011 et 2013, creux prononcés en 2010 et 2012) liés à la conjoncture internationale, aucune arrivée massive n’est relevée. L’augmentation des risques de périr au cours du voyage (évalués à 3%) témoigne que ceux qui fuient leur pays cherchent davantage à fuir des persécutions qu’à gagner l’Europe uniquement pour des raisons économiques. Les migrants érythréens, nigérians, somalis, syriens ou afghans constituent désormais part conséquente des demandes d’asile, ce qui reflète les crises internationales davantage que les problèmes économiques dans ces pays.

« Nos enfants subissent la présence d’immigrés dans leur classe ». Là encore, le faux bon sens ne tient pas face à la réalité : ce n’est pas l’origine qui détermine le niveau scolaire, mais le niveau de ressources disponibles. Les moindres résultats scolaires constatés chez les enfants immigrés s’explique donc davantage par la situation socio-économique de leurs parents que par leur origine culturelle.

 Un document à mettre entre toutes les mains pour lutter contre des mythes de plus en plus diffusés

Si le document n’a pas toute la rigueur et la précision d’une étude scientifique approfondie, il permet de dissiper quelques malentendus par des données empiriques. Pour éviter que le climat délétère de racisme et de xénophobie ne se propage davantage, il est nécessaire d’agir sur notre perception de la réalité. En matière d’immigration particulièrement, il est impératif que chacun face le devoir citoyen de s’informer et de s’ouvrir plutôt que de se fier à un soit disant « bon sens ».

Emmanuel Buttin

Pour en savoir plus :

-       Page de présentation du rapport : [EN]

-       Le rapport : [EN]


Classé dans:IMMIGRATION, Politique d'intégration

BBC is worth saving

Posted by on 17/07/14

Despite its failings, the UK state broadcaster, the British Broadcasting Corporation, is worth saving, argues Whitehouse Consultancy Chairman, Chris Whitehouse, as he warns that the future of its funding arrangements are in jeopardy.

Read Chris’s full article here.

The Whitehouse Consultancy is one of Europe’s leading public affairs and communications agencies.

Trasparenza, crowdfunding e il Parlamento europeo

Posted by on 16/07/14

Sono al Parlamento europeo, seduto con la mia amica G al bar del terzo piano: quello di fronte alla stazione media, con le sedie dalle gambe lunghe e i tavoli slanciati in metallo lucente.

Io e G stiamo parlando dei dossier del Parlamento europeo e di come seguire il lavoro degli eurodeputati, quando mi chiede: «Ma tu conosci ParlTrack?».

Le parole le escono spontanee come un pensiero cui ha dato parola.

«Sì ed è molto utile» e spiego che è un database che raggruppa tutti i dossier, i risultati dei voti, gli eurodeputati e le agende delle commissioni del Parlamento europeo. Poso il gomito sinistro sul tavolo, mi sporgo in avanti e aggiungo «Sai chi l’ha fatto?».

«No, chi?» risponde G, che intanto osserva un eurodeputato inglese passare dietro di me.

«Un informatico ungherese, Stefan Marsiske. L’anno scorso ha fatto una campagna di crowdfunding su Indiegogo, ha raccolto 10.000 euro e ha creato il database», ritorno con la schiena dritta sullo sgabello e chiedo «Sai perché l’ha fatto?»

«Perché?»

«Per dare uno strumento alle persone per lottare per i propri diritti e fare leggi migliori» rispondo, finisco il caffè e aggiungo «Lui è la dimostrazione che chiunque può dare il proprio contributo».

Per chi fosse interessato ParlTrack è all’indirizzo: http://parltrack.euwiki.org/

Paquet infractions de juillet : quand certains droits prennent eux aussi des vacances

Posted by on 15/07/14

La Commission européenne ne prend pas de congés quand il s’agit des paquets infractions. Une fois encore, certains Etats membres sont visés pour leur « farniente » quand il s’agit de l’application du droit communautaire. Qu’il s’agisse de l’Espagne, de la Bulgarie, de la Finlande ou de la Slovénie, tous doivent prévoir un retour anticipé à leur législation nationale afin de combler les lacunes constatées.

Premier Etat membre visé dans le domaine de la justice : la Finlande. Cette dernière se voit reprocher le fait de ne pas avoir mis en place d’organismes appropriés pour lutter contre les discriminations raciales dans le domaine de l’emploi. Trois fonctions principales devraient potentiellement être exercées par ces organismes : une aide aux personnes victimes de discrimination et la mise en place d’études sur base desquelles pourraient être émises des recommandations. Il ne s’agit pas ici d’un premier avertissement puisque la Finlande avait déjà reçu une lettre de mise en demeure et un avis motivé de la Commission à ce sujet. C’est donc maintenant à la Cour de Justice qu’il reviendra de trancher face à cette non-application de l’article 13 de la directive « race et origine ethnique » (2000/43/CE).

L’Espagne et la Slovénie, quant à elles, semble avoir décidé à déserter le même champ d’application de la législation communautaire : la mise en oeuvre de la Directive 2010/64/UE qui prévoit le droit à l’interprétation et à la traduction dans les procédures criminelles. Reconnaissance mutuelle des décisions en matière pénale entre Etats membres, amélioration notable des droits des citoyens notamment des droits de la défense ; ce service est absolument crucial dans la perspective des droits fondamentaux. Toute personne accusée de crime doit pouvoir bénéficier de services d’interprétation et de traduction des divers documents, le tout, sans aucun coût pour la personne.

Enfin, la Bulgarie a elle aussi manqué à ses obligations relatives à la mise en oeuvre de la directive sur les droits des consommateurs notamment concernant l’obligation d’une transparence accrue des prix et une sécurité renforcée dans les achats en ligne. Souvenons-nous, Viviane Reding parlait à propos de ce texte de « cadeau de Noël » pour les consommateurs européens. Un cadeau de Noël que la Bulgarie ne semble pas être disposée à offrir à ses consommateurs, ou peut-être pour Noël 2014 ?

En conclusion, certains Etats membres semblent avoir oublié quelques droits communautaires en faisant leur valise législative. Mais la Commission ne leur accordera aucun passe-droit et reste déterminée à les rappeler à l’ordre, autant de fois que nécessaire, quitte à ce que leur seule destination estivale soit…la Cour de Justice !

Louise Ringuet

Pour en savoir plus :

  • Europa – « July infringements package : main decisions » – 10 juillet 2014  (FR)  (EN) 
  • Europa – « Absence d’organisme finlandais chargé de lutter contre les discriminations raciales dans le domaine de l’emploi : la Commission traduit la Finlande devant la Cour de justice », 10 juillet 2014  (FR)  (EN) 
  • Europa – Le droit à l’interprétation et à la traduction dans le cadre des procédures pénales (FR)  (EN)
  • Europa – Le renforcement des droits des consommateurs devient réalité dans toute l’Union européenne – 13 décembre 2013 (FR)  (EN) 

Classé dans:DROITS FONDAMENTAUX, Questions institutionnelles

Nationalmannschaft für Europa

Posted by on 15/07/14

Angela Merkel mag diese Momente. Sie mag Fußball, sie mag es, wenn die Nationalmannschaft gewinnt, und sie weiß, auch sie wird davon profitieren. Der erste Effekt ist kurzfristig. Deutschland ist Weltmeister, die Menschen freuen sich, die Wähler sind glücklich. Wer über Mario Götzes grandioses Tor redet, der regt sich nicht über Hartz IV auf oder über marode Straßen oder über die NSA. Ist doch eigentlich alles prima, dann kann die Regierung auch nicht so schlecht sein.

Der zweite Effekt ist langfristiger, und Angela Merkel nutzt ihn sehr virtuos. Merkel ist Regierungschefin, wir sehen sie im Kanzleramt, wir sehen sie auf dem roten Teppich bei irgendwelchen Gipfeltreffen, und wir wissen, hier ist Macht, hier wird regiert. Das kann leicht abgehoben wirken, deshalb baut Angela Merkel immer wieder Kontrapunkte ein, Situationen, in denen sie ganz normal wirkt, so wie eine von uns.

Abends auf dem Weg vom Kanzleramt nach Hause geht sie oft noch einkaufen,… sie backt ihrem Mann gerne Kuchen,… und beim Fußball freut sie sich, wenn Deutschland gewinnt – so wie wir. Das macht Merkel normal, das erdet sie für viele Menschen, das schafft Vertrauen. Gerhard Schröder hat das ähnlich gemacht…

Und die Bilder, die jubelnde Angela Merkel im Stadion, das Selfie in der Kabine, das macht sie dazu noch zu einem Teil dieses Sieges. Danach mit der Limousine zum Regierungsflieger und zurück nach Berlin. Heute Nachmittag spricht Merkel schon wieder beim Petersberger Klimadialog. Dann sehen wir wieder die andere Angela Merkel.

It’s time to help Europe! It’s time to communicate!

Posted by on 13/07/14
Over the last 15 years EurActiv has developed a unique concept of understanding the EU affairs landscape, both in Brussels and in the main EU capitals. Combining expertise in political science with communication and technology, EurActiv is now more than a media: it is a knowledge centre of expertise on EU communication techniques. To support [...]

What now for the UK and Europe?

Posted by on 13/07/14
by Vicky Pryce, chief Economic Advisor at the Centre for Economics and Business Research and former Joint Head of the Government’s Economic Service. /// Cameron’s decision to oppose Jean-Claude Juncker’s nomination to be the new head of the European Commission has been viewed with bemusement in some quarters and with disbelief in others. With bemusement [...]

Amnesty s’alarme des dégâts humains causés par les politiques migratoires de l’UE

Posted by on 10/07/14

Dans son rapport portant sur The human cost of Fortress Europe : Human rights violations against migrants and refugees at Europe’s borders, Amnesty International s’insurge contre les dégâts humains liés au « verrouillage des frontières européennes ».

Le constat est clair : les frontières européennes sont de plus en plus fermées, au détriment de la sécurité des migrants et de la garantie du droit d’asile. Cette politique est non seulement sujette à caution du point de vue de son efficacité, mais également mise en cause pour son coût en vies humaines et les souffrances qu’elle impose à des populations déjà hautement vulnérable.

Les méthodes de surveillance et de cloisonnement (murs en Grèce, dans les enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta) sont extrêmement onéreuses (l’UE a dépensé 2 milliards d’Euros entre 2007 et 2013 pour la protection des frontières externes) et imposent aux migrants des routes maritimes toujours plus dangereuses. Parallèlement, la constitution de zones tampons chez les voisins Méditerranées de l’UE (Maroc, Turquie, Libye) en contrepartie d’un soutien financier se fait au détriment d’une attention plus marquée sur les atteintes aux droits de l’homme.

Alors que, comme nous le notions il y a quelques semaines (cf. infra), il n’y a jamais eu autant de réfugiés depuis la Seconde guerre mondiale selon le HCR, l’Europe semble privilégier une vision sécuritaire de ses frontières plutôt que la solidarité face aux guerres et aux crises. Les autorités grecques sont à ce titre mises en cause pour avoir opérer un renvoi quasi-systématique et indifférencié de tous les candidats à l’immigration, sans accueillir de demandes d’asile, en violation des conventions internationales et du droit européen et au péril de la vie des migrants.

Or, selon Amnesty, la moitié des personnes cherchant à pénétrer en Europe sont des réfugiés, dont la majorité proviennent de Syrie, d’Afghanistan, d’Érythrée ou de Somalie. Dans son rapport paru le même jour, le Bureau européen d’appui en matière d’asile note une augmentation de 19% du nombre de demandes d’asile par rapport à 2013. Ce chiffre s’explique par l’augmentation rapide du nombre de demandeurs syriens, érythréens et ukrainiens, en dépit d’une baisse des demandes de citoyens russes.

Des d’amélioration doivent par conséquent être engagées. Amnesty salue d’ailleurs les progrès réalisés avec l’opération Mare Nostrum —initiée après la découverte de 400 candidats morts en mer le 3 octobre 2013— qui a permis de sauver 50 mille personnes. Cette opération doit inspirer les autres Etats membres. L’UE doit également mieux s’assurer que l’emploi de ses fonds, notamment dans les pays tiers, est conforme aux droits de l’homme.

Dans ce dossier, l’impulsion politique est déterminante pour amender des pratiques aux conséquences néfastes,durables. La présidence italienne, qui en a fait l’une de ses priorités stratégiques, est donc particulièrement attendue sur ce sujet.

Emmanuel Buttin

Pour en savoir plus :

-Rapport d’Amnesty (The human cost of Fortress Europe) : [EN]

-Le rapport de European Asylum Support Office sur les dernières tendances européennes : [EN]

Nos articles :

-Il n’y a jamais eu autant de réfugiés dans le monde, quelle place et rôle pour l’Europe ?: [FR]

-Hausse d’un tiers du nombre de réfugiés en Europe en 2013: [FR]


Classé dans:conditions d'accueil des réfugié_s, DROITS FONDAMENTAUX

Advertisement