EU opinion & policy debates - across languages | BlogActiv.eu

Entre deux camps

L’horrible massacre à l’Emanuel African Methodist Episcopal Church à Charleston a déclenché une bataille de camps qui nous a donné le sentiment que la guerre civile ne s’était pas terminée il y a 150 ans. Cinq décennies après l’abolition officielle de la ségrégation dans tous les états américains, des incidents de bigoterie surgissent à plusieurs reprises. Ces incidents ne se cantonnent pas exclusivement aux anciens états confédérés, mais se produisent partout aux Etats-Unis, de New York à Los Angeles, signe que le racisme est ancré plus profondément que nous ne le pensions, et qu’il exige de nouvelles mesures pour le désamorcer.
En soi, le phénomène du racisme est enraciné dans la nature humaine. Il s’applique non seulement à la différence de couleur, de religion, de sexe ou de culture, mais, fondamentalement, à toute différence entre l’autre et moi. En fait, le racisme est un hyponyme de la xénophobie, dont les sous-ensembles peuvent être retrouvés dans chaque élément des relations humaines, depuis l’accueil de nouveaux camarades de classe jusqu’à l’absorption de nouveaux immigrants dans un pays.
En d’autres termes, si nous voulons éliminer les tensions raciales, nous devons faire face à l’une de nos peurs les plus élémentaires, la crainte de la menace potentielle de l’inconnu. Pour ce faire, nous devons apprendre à développer la confiance mutuelle.
Nous grandissons dans une société qui nous enseigne nos droits, nous prêche que nous sommes en droit de les obtenir, et que tout le monde se sent ainsi, de sorte que si nous voulons obtenir ce que nous méritons, nous aurions à le faire aux dépens de quelqu’un d’autre. Dans un tel environnement, la confiance ne peut pas régner.
Mais pendant que nous nous affairons à nous entourer de murs, la réalité nous pousse à faire le contraire. Les scientifiques d’aujourd’hui sont largement interdisciplinaires; le monde de l’entreprise d’aujourd’hui se fonde de plus en plus sur la communication positive entre employés, et entre employés et cadres, afin de maintenir la transparence et l’efficacité de la production. Sans confiance, il sera très difficile pour les entreprises de survivre dans le monde corporatif intégré d’aujourd’hui.
Des études récentes ont montré que les réalisations, tant dans le monde des affaires que dans le milieu universitaire, s’améliorent de façon spectaculaire quand les gens de divers horizons participent et collaborent positivement! Autrement dit, dès que la confiance est établie, la diversité devient un avantage plutôt qu’un obstacle. Les divers points de vue aident les gens à prévoir les obstacles, et leur enrichissement mutuel les aide à créer des solutions innovantes et originales beaucoup plus rapidement que des équipes composées de personnes aux vues similaires.
Ce qui est vrai pour le milieu universitaire, et ce qui est de plus en plus répandu dans le monde corporatif, va aussi réussir pour la société américaine dans son ensemble. Au cours des dernières années, nous avons développé l’éducation intégrale où nous menons des discussions de Table Ronde et de Cercles de Connexion, qui sont un genre spécial de discussions développé pour établir l’unité au-delà des différences entre participants. Nous menons ces discussions avec grand succès en Amérique du Nord, en Europe et en Israël. Dans tous ces endroits, et au cours de ces événements, nous constatons que les différences qui semblent infranchissables au premier abord deviennent un tremplin pour approfondir des relations, et nous avons ainsi appris à les accueillir au lieu de les craindre.
Si nous apprenons à travailler ensemble plutôt que seul, et à réfléchir à notre société de la façon dont nous pensons à des équipes sportives ou à des équipes de travail, nos vies gagneraient énormément, à la fois au niveau matériel et au niveau émotionnel. Au 21e siècle, une nation qui n’accueille pas la contribution unique de chacune de ses factions est vouée à se désintégrer. Mais une nation qui se développe grâce à la multiplicité et la variété est sûre de réussir. Une telle nation surmontera facilement les vagues créées par les guerres de camp, et montrera l’exemple de force personnelle et nationale grâce à la confiance et l’engagement mutuel à la réussite de la société dans son ensemble.

Author :
Print
EurActiv Network