EU opinion & policy debates - across languages | BlogActiv.eu

Chronique du 26 mars 2015

 

Y-aurait-il, en matière de politique étrangère, un rapport de force invisible aux yeux des citoyens entre chefs d’états et de gouvernements et Commission européenne ? Tout au moins une compétition entre le président de la Commission dont les compétences sont clairement établies par les Traités et certains hauts responsables gouvernementaux d’états membres de l’UE.

l’impression est que certains État membres, France et Allemagne pour ne pas les nommer se sont approprié des compétences qui sont celles de l’Union européenne. On l’a senti particulièrement lorsque la Chancelier allemande et le président français se sont rendus a Moscou puis Minsk pour tenter de sauver la paix et et négocier une sortie de crise en Ukraine.
l’initiative pacifique vaut son pesant d’or bien sur et à été salué par tous. Mais l’absence de la Haute représentante aux Affaires étrangères et à la politique de sécurité de l’UE avait été non seulement remarquée mais regrettée par les observateurs attentifs de la chose européenne.

Madame Frederica Mogherini qui succède à madame Aston est en fait le ministre des affaires étrangères de l’Europe et elle est parfaitement compétente. C’est d’ailleurs la raison qui avait poussé le premier ministre italien à la soutenir et à la faire nommer à ce poste.

A l’époque certains pays s’étaient interrogés sur le déplacement du seul couple franco-allemand. certes moteur de la construction européenne, les deux pays ne sont pas les seuls a faire évoluer le projet commun. interrogations et critiques, feutrées, avaient saillies. l’Italie avait considéré que cela n’était qu’une affaire entre pays, la Pologne dont l’ancien premier ministre est aujourd’hui le président du Conseil européen s’inquiétait de son devenir frontalier avec la Russie, tout comme les pays baltes.

Et puis il y a le Royaume-Uni. Seconde puissance militaire européenne, le pays est le second avec la France a disposer de l’arme de dissuasion nucléaire. je me suis posé la question de la non association de ce pays et de leur silence. Mais il est vrai que le RU ayant annoncé son intention d’organiser un referendum pour se maintenir dans l’UE ou la quitter s’est considérablement isolé de ses partenaires européens.

Au bout du compte, la Haute représentante aux affaires étrangères reprend peu à peu sa place et la Commission rappelle les compétences qui lui ont été déléguées par les États membres. madame Mogherini peut s’appuyer sur la nouvelle structure européenne validée par le Traité de Lisbonne : le service européen pour l’action extérieure. Le SEAE.

Author :
Print
EurActiv Network