EU opinion & policy debates - across languages | BlogActiv.eu

La situation des roms ne fait que refléter la situation générale à l’égard des migrants. L’intégration des Roms se poursuit péniblement, certes la situation est à certains égards plus critique encore dans les pays de l’est. Chacun a conservé présent dans sa mémoire les affrontements entre le président Sarkozy et Viviane Reding pour le compte de la Commission européenne, ces deux acteurs ne sont plus là , mais les chose ne semblent pas avoir sensiblement changé.

 1-. Les Roms

Il n’y a pas de trêve hivernale pour les Roms des bidonvilles français. En 2014, quatre habitants des bidonvilles sur cinq ont été expulsés. Une proportion visiblement plus élevée que dans les autres pays européens où l’intégration des Roms n’est pourtant pas non plus assurée. C’est l’occasion de fournir quelques chiffres qui ne changeront rien à la situation et n’apporteront pas un peu de clarification, une clarification qui serait susceptible d’apaiser les polémiques. La politique européenne de l’immigration reste encalminée. « encalminé »se dit d’un bateau à voile qui n’avance pas faute de vent ou d’une simple brise.

 300 Roms sont expulsés en France chaque semaine, et en 2014, ce sont 13483 d’entre eux qui ont été délogés, selon la Ligue des droits de l’homme et le European Roma Rights Centre (ERRC, centre européen des droits des Roms).En 2013, Manuel Valls, actuel premier ministre, avait fait l’objet d’attaques vigoureuses et à l’ouverture d’une procédure contre la France suite à des déclarations concernant le manque de volonté des Roms de s’intégrer à la société française. « Nous le savons tous, la proximité de ces campements provoque de la mendicité et aussi des vols, et donc de la délinquance. […] les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie », avait-il déclaré.

 Des propos qui illustrent la stigmatisation et la marginalisation des Roms en France.

Si aucune statistique officielle ne peut étayer ces propos, le réseau de la ligue des droits de l’homme est formel : les préfectures françaises seraient les seules à s’acharner autant sur les camps de Roms. Surtout, les opérations de démantèlement contreviennent aux recommandations du Conseil sur l’intégration des Roms.Daté de fin 2013, ce texte directement adressé à la France appelait les États membres à « s’assurer que les expulsions forcées sont faites dans le respect des lois européennes ainsi que dans le respect de la Convention européenne des droits de l’homme ».

 La situation est pareillement critique dans les pays d’Europe de l’Est Dans les pays de d’Europe de l’Est, même si les expulsions sont moins fréquentes, le racisme envers les Roms est très profond. « Dans ces pays, la discrimination est structurelle », explique Manon Fillonneau, chargée de mission Droits de l’homme pour l’ERRC. En Hongrie ou en République Tchèque, « des enfants roms sont placés de manière abusive dans des écoles pour handicapés mentaux » a-t-elle ajouté. En 2013, « [les enfants roms] représentaient près de 30 % des enfants inscrits dans ces classes », rappelle un communiqué de presse d’Amnesty International.Le 25 septembre 2014, la Commission européenne a ouvert une procédure d’infraction contre la République tchèque pour violation de la loi relative à la lutte contre la discrimination en vigueur dans l’UE.En 2012 en Serbie, près de 1000 Roms ont été expulsés d’un bidonville à Belgrade et relogés dans des conteneurs en métal. En Roumanie, les Roms sont expulsés et souvent contraints de s’installer près de décharges publiques.

Si la France et d’autres pays de l’UE marginalisent les Roms, d’autres parviennent à développer des politiques d’intégration. C’est le cas de la Finlande par exemple, qui depuis le début des années 1970 fournit un logement à tous les Roms du pays, ou de l’Espagne, qui travaille à insérer les Roms via de vastes programmes sociaux. Moins d’expulsions, plus d’intégration :« Il faut mettre un terme aux évacuations forcées de bidonvilles non accompagnées de solutions durables d’hébergement, car ces évacuations ne font que déplacer et amplifier les problèmes. Il est, en outre, impératif de donner la priorité à l’accès de tous les enfants roms à l’école. Il n’est pas acceptable que dans un campement comme celui où je me suis rendu à Marseille, aucun des 25 enfants qui y vivent depuis près de deux ans ne soit scolarisé », a déclaré Nils Muižnieks, commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe.

 La solution est pourtant claire : reloger les Roms de manière sérieuse et durable. En ce sens, la Ligue des droits de l’homme et le ERRC ont rappelé qu’il serait nécessaire, dans un premier temps, de sécuriser les bidonvilles en mettant en place un accès à l’eau et à l’électricité. Puis, lorsque la population sera stabilisée dans ces lieux de vies, ces bidonvilles pourront être résorbés petit à petit et les familles relogées une à une.

Même si l’UE insiste depuis longtemps sur la nécessité d’une meilleure politique d’intégration et met des sommes très importantes à disposition via son Fond social européen, elle n’a toujours pas mis en place d’initiatives contraignantes. « L’intégration des Roms est avant tout une responsabilité des Etats membres. La Commission a mis en place des stratégies et un cadre juridique, mais sa responsabilité s’arrête là» , explique la Commission.

 2-. Quelques chiffres sur l’immigration pour 2014

 Le 15 janvier 2015, ministère de l’Intérieur a publié une première estimation de l’immigration et des naturalisations en France en 2014.

 En 2014, la hausse du nombre des visas demandés et délivrés est surtout due aux visas de court séjour Schengen (+16,4%). Les pays où sont délivrés le plus grand nombre de visas sont la Chine (+58% par rapport à 2013), l’Algérie et la Russie. La délivrance des premiers titres de séjour progresse légèrement. Si l’immigration de travail augmente de 9,7% (dont +19,8% pour les scientifiques) et l’immigration à motif humanitaire de 16,8%, ces deux sources d’immigration ne représentent qu’une faible part des titres délivrés. L’immigration familiale, la plus grande part du flux migratoire, reste stable (-0,9%), comme l’immigration étudiante (-0,7%). Les sorties du territoire d’étrangers en situation irrégulière sont en légère hausse à 27 606 après 27 081 en 2013. Parmi ces sorties, 15 161 sont des éloignements contraints qui font suite à une obligation de quitter le territoire. Après six années de hausse consécutive, le nombre des demandeurs d’asile diminue de 2,6% de 2013 à 2014. Le premier pays de provenance des primo-demandeurs d’asile en France en 2014 est la République démocratique du Congo, suivie de la Russie et du Bangladesh. 2014 a été marquée par deux opérations spéciales d’accueil concernant la Syrie et les chrétiens d’Irak. Le nombre d’acquisitions de la nationalité française par décret et par déclaration à raison du mariage a connu une hausse de 10,9%.

Conformément au code de bonnes pratiques de la statistique européenne, la direction générale des Étrangers en France du ministère de l’Intérieur a mis en place depuis 2013 un calendrier de publication des statistiques annuelles entrant dans le champ de la migration et de la protection internationale.

 Ce rappel ultime est sage, l’UE gagnerait beaucoup a harmoniser sa façon de percevoir ces phénomènes si complexes et à mettre fin à ce patchwork inextricable au sein ce chaque Etat membre et globalement au niveau de l’UE. Confrontée à un autre patchwork concernant la propriété intellectuelle et le droit d’auteur, l’UE vient de prendre le taureau par les cornes en vue de simplifier et de donner plus de visibilité au niveau européen. La situation actuelle la pénalise trop sévèrement sur le plan économique, pour continuer dans ce désordre. L’UE serait bien inspirée d’en faire autant pour tout ce qui relève de l’immigration, à commencer par tout ce qui semble relever de la méthodologie. La politique de migration souffre d’un déficit de connaissances, cohérentes et harmonisées.

 

Pour en savoir plus :

-. Dossier sur les Roms dans Nea say http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=3393&nea=153&lang=fra&arch=0&term=0

 -. Communiqué de presse du 15 janvier 2015 : Diffusion des informations statistiques annuelles en matière d’immigration, d’asile et d’acquisition de la nationalité française, Direction générale des étrangers en France – Ministère de l’intérieur

 -. Les immigrés récemment arrivés en France : une immigration de plus en plus européenne (novembre 2014), Insee Première n° 1524 – Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) 

-. Les pratiques dans le service statistique public, selon les principes du code de bonnes pratiques de la statistique européenne, Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)

 Lire aussi sur vie-publique.fr

 . Immigration : les chiffres 2006-2007

-. Chronologie : histoire de l’immigration en dates

-. Immigration familiale versus immigration de travail ?

-. Entrée, séjour, travail, éloignement : le statut des étrangers

-. La politique de l’Immigration dans le contexte européen

-. Communiqué de Presse : diffusion des informations statistiques annuelles sur la délivrance des titres de séjour http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Actualites/L-actu-immigration/Communique-de-presse-Diffusion-des-informations-statistiques-annuelles-sur-la-delivrance-des-titres-de-sejour2

-. Les immigrés récemment arrivés en France http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1524

-. Le code des bonnes pratiques de la statistique européeene http://www.insee.fr/fr/insee-statistique-publique/default.asp?page=qualite/pratiques.htm

 


Classé dans:IMMIGRATION, Politique d'intégration Author :
Print
EurActiv Network