EU opinion & policy debates - across languages | BlogActiv.eu

L’exception culturelle française peut-elle faire échouer les négociations e libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe ? C’est en tout cas un obstacle supplémentaire qu’il serait peut-être temps de repenser au regard de la révolution numérique et de son impact considérable sur la propagation des oeuvres artistiques. Le protectionnisme culturel n’est plus tenable quand les films, livres, et autres oeuvres musicales s’échangent en quelques clics aux quatre coins du globe.

Certes tout n’est pas à jeter dans le modèle culturel français, et le soutien politique indéfectible dont bénéficie le secteur explique sans doute largement la vitalité de la création hexagonale. Pour autant, tout bon modèle doit pouvoir s’adapter à un contexte qui évolue. Et la culture à l’ère du tout numérique n’a plus grand-chose à voir avec les décennies passées.

Au-delà du questionnement moral que cela sous-tend, la crispation identitaire d’une culture française qui cherche à se barricader derrière ses frontières, n’est pas éternellement tenable. D’une part la culture est faite d’échanges et de mélanges… mais surtout elle obéit (qu’on le veuille ou non) aux règles d’un marché globalisé qui a été révolutionné par l’arrivée du Web dans nos vies quotidiennes.

Si le secteur a du se réiventer avec cette nouvelle donne et que de nouveaux acteurs sont apparus tels Google (Youtube) ou Apple (iTunes), la création française (et plus globalement européenne), a des cartes à jouer pour éviter une hégémonie américaine. A condition de partir à l’assaut de ce marché mondial de la culture dématérialisée.

Ce n’est pas en portant à bout de bras, à coups de subvention, des pans entiers de l’industrie culturelle que le gouvernement français assurera son rayonnement. La seule voie de salut pour les acteurs français et européens du secteur est d’accepter une bonne fois pour toute les règles du jeu… et se battre pour obtenir de l’Europe une réglementation qui les renforce à l’international.

On pourrait notamment citer le besoin urgent de voir une harmonisation fiscale au sein de l’UE tant le dumping fiscal opéré par les gros opérateurs américains (Apple, Google, Amazon) est assassin pour la compétitivité des acteurs européens. Ou l’épineuse question de la propriété intellectuelle actuellement débattue.

En matière de culture et de numérique, l’Europe n’est pas condamnée au déclin. A condition d’avoir une vision courageuse et ambitieuse. On n’en est hélas pas là.

Author :
Print
EurActiv Network