EU opinion & policy debates - across languages | BlogActiv.eu

Tout le monde sait comment les Etats-Unis ont battu l’URSS, comment ils ont remporté la Guerre Froide.

La réponse s’appelle Star Wars, et je ne parle pas uniquement de l’épopée cinématographique.

Le quarantième président, une des personnalités préférées outre-Atlantique, Ronald Reagan a relancé la course à l’armement et étouffé financièrement ledit “Empire du Mal”. Bien sûr, certains diront que le Communisme avait déjà échoué avant cette bataille. C’est ce qui explique la révolution conservatrice à l’origine de l’élection de Reagan aux Etats-Unis et de Tatcher en Europe. D’autres argumenteront que la Guerre Froide était perdue dès le moment où JFK a relevé le défi, et remporté la course à l’espace lancée par Khrouchtchev.

Mais une chose est indiscutable: la guerre des étoiles a asphyxié l’empire soviétique, le privant de financement pour ses programmes économiques et sociaux.

Aujourd’hui, la République populaire de Chine a remplacé l’Union Soviétique comme challenger au titre de première puissance mondiale. Et savez-vous comment ils vont remporter ce titre dans moins d’une décennie? La réponse s’appelle War on Terror, et je ne parle pas uniquement de jeux vidéos.

La guerre contre le terrorisme ne consomme pas seulement les finances américaines avec des aides tactiques aux pays participants et le sur-fonctionnement en circuit fermé de son industrie militaire. Leurs deux derniers mandats présidentiels ont épuisé le crédit politique et la force de conviction du géant américain. Et même si le président Obama évite de prononcer les mots guerre contre la terreur, son charisme discutable ne suffit pas à rassembler les puissances occidentales.

> Le chef n’est plus suivi. Les seconds regardent à l’est, ou devrions nous dire… au milieu.

See also: L’Europe, un spectateur impuissant?

Epilogue

L’empire du milieu n’est pas encore la superpuissance du siècle. Elle souffre encore de plusieurs « faiblesses » :

  • Sa population rurale est celle d’un pays en voie de développement; avec corruption, agitation sociale et fortes inégalités.
  • Sa puissance économique souffre d’une double dépendance aux multinationales étrangères; pour la technologie et les exportations.
  • La gestion de ses ressources naturelles n’est pas à la hauteur du défi posé par son immense population, d’ailleurs vieillissantes.

L’Europe, forte de son expérience en ces matières peut offrir plus qu’un accord économique. Il nous faudrait pour cela assumer un glissement de stratégie d’une alliance atlantique vers une association eurasiatique. Dans cette perspective, vous pensez encore que la rencontre Sarkozy-Medvedev n’est qu’un coup de vent provençal?

David Mekkaoui (03MAR10)
davidmekkaoui.blogactiv.eu

Author :
Print
EurActiv Network